Carcinogenicity of night shift work

Source : The Lancet Oncology.
Un groupe de travail composé de 27 experts internationaux indépendants de 16 pays a évalué la cancérogénicité du travail posté de nuit. Une synthèse des résultats, qui seront disponibles prochainement dans le volume 124 des monographies du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), a été publiée dans la revue The Lancet Oncology. Rappelons que le travail posté comportant des perturbations circadiennes avait déjà été évalué par le CIRC en 2007. Cette réévaluation, qui était nécessaire en raison de nouvelles études épidémiologiques, porte sur la notion du « travail posté de nuit » pour mieux décrire les circonstances d’exposition et refléter les principales données probantes des études sur le cancer chez l’humain. Les experts ont classé le travail posté de nuit comme probablement cancérogène pour l’homme (groupe 2A) sur la base de preuves limitées de cancer chez l’humain, de preuves suffisantes du cancer chez les animaux de laboratoire et de solides preuves mécanistes chez les animaux de laboratoire.

Night work and postpartum depression: a national register-based cohort study

Source : Scandinavian Journal of Work, Environment & Health.
Cette étude de cohorte à l’échelle nationale, basée sur un registre des travailleurs de tous les hôpitaux publics danois, visait à étudier l’association entre le travail de nuit pendant la grossesse et le risque de dépression post-partum grave (DPP). Dans l’ensemble, les résultats n’appuient pas le travail de nuit pendant la grossesse comme facteur de risque de DPP grave chez le personnel hospitalier. Cependant, le risque de DPP a doublé chez les femmes qui ont cessé de travailler de nuit après le premier trimestre de grossesse.

What’s wrong with this photo? (Stockroom safety)

Source : WorkSafe Magazine.
Chaque numéro du magazine WorkSafe comprend une photo qui est mise en scène pour montrer un certain nombre de dangers ou d’habitudes de travail dangereuses. Celle-ci met en scène la sécurité dans un entrepôt. Cliquez partout sur la photo et décrivez le danger ou la pratique dangereuse; à la fin vous pourrez consulter la clé de correction (en anglais).

Over-exposed : standard occupational exposure limits must be reduced for workers on extended work schedules

Source : Canadian Occupational Safety.
Au Canada, environ 30 pour cent de tous les employés travaillent maintenant selon des horaires atypiques. De plus en plus, ils obligent les gens à travailler de plus longues journées. Le passage à des quarts de travail prolongés augmente la possibilité d’une exposition accrue aux dangers chimiques pendant une journée plus longue. En comprenant comment utiliser les différents modèles d’ajustement disponibles, les professionnels de la sécurité peuvent maintenir l’exposition chimique des travailleurs à des niveaux raisonnablement sûrs.

Workplace Ergonomics: What You Need to Know about Office Chairs

Source : EHS Today
Les équipes satisfaites se caractérisent par une qualité de travail supérieure et atteignent leurs objectifs plus rapidement et plus efficacement. Les équipements de bureau de conception ergonomique et les processus de travail optimisés contribuent de manière décisive au bien-être au quotidien. Cet article porte sur différents aspects de l’ergonomie du travail, des chaises et du mobilier de bureau aux tapis pour les travailleurs debout, en passant par l’aménagement des bureaux, et le contrôle du climat intérieur.

Systematic review of shift work and nurses’ health

Source : Occupational Medicine.
Les soins infirmiers se caractérisent par une articulation de travail par quarts de travail assurant la continuité des soins tout au long des 24 heures. Cependant, le travail posté et la désynchronisation des rythmes circadiens qui en résulte peuvent avoir des effets néfastes sur la santé des infirmières. Cette revue systématique vise à décrire les effets du travail posté et de la désynchronisation des rythmes circadiens sur la santé de l’infirmière.

Consistency of Sedentary Behavior Patterns among Office Workers with Long-Term Access to Sit-Stand Workstations

Source : Annals of Work Exposures and Health.
Les postes de travail assis-debout sont une intervention populaire pour réduire le comportement sédentaire (CS) dans les bureaux. Cependant, l’étendue et la répartition de ce phénomène chez les employés de bureau habitués depuis longtemps à utiliser les postes de travail assis-debout comme partie intégrante de leur environnement de travail sont largement inconnues. Dans la présente étude, nous avons cherché à décrire les tendances du CS chez les employés de bureau ayant un accès à long terme aux postes de travail assis-debout et à déterminer dans quelle mesure ces tendances varient entre les jours et les travailleurs.

Pictogrammes de signalisation de santé et de sécurité au travail

Source : INRS Santé et sécurité au travail
Les pictogrammes (ou symboles graphiques) utilisés en signalisation de santé et sécurité sur les lieux de travail peuvent servir à décrire une situation, à prescrire un comportement déterminé, ou encore à donner une indication de danger. L’INRS vous propose en téléchargement l’ensemble des symboles, conformes aux exigences réglementaires (et notamment à l’arrêté du 4 novembre 1993 modifié relatif à la signalisation de sécurité et de santé au travail). Ces symboles peuvent figurer sur une signalétique d’interdiction, d’obligation, d’avertissement de risque ou de danger, de sauvetage et de secours, ou concernant le matériel et l’équipement de lutte contre l’incendie.

The impact of night shift work on breast cancer: Results from the Burden of Occupational Cancer in Canada Study

Source : American Journal of Industrial Medicine.
Cette étude estime la proportion et le nombre de cas de cancer du sein chez les femmes au Canada attribuables au travail de nuit. En calculant et en enlevant les fractions attribuables à la population (FAP) chez les Canadiennes qui ont déjà travaillé de nuit ou en rotation de 1961 à 2000, les auteurs ont obtenu le nombre de cas attribuables. Entre 470 et 1200 cas de cancer du sein en 2011 étaient probablement attribuables au travail par quarts, dont 38 % auraient été diagnostiqués chez des femmes occupant des emplois liés à la santé.

Shedding Light on the Association between Night Work and Breast Cancer

Source : Annals of Work Exposures and Health.
Le travail par quarts qui entraîne une perturbation du rythme circadien est classé comme cancérogène probable, bien que des données épidémiologiques récentes ne soient pas cohérentes. Parmi les mécanismes postulés pour expliquer une association entre le travail de nuit et le cancer du sein féminin, le plus probable est la suppression de l’hormone mélatonine par exposition à la lumière la nuit. Plusieurs articles récents suggèrent que les niveaux d’éclairage nocturne ne sont pas toujours suffisants pour affecter la production de mélatonine, ce qui pourrait expliquer en partie les incohérences dans les données épidémiologiques.