Prendre soin des travailleurs de la santé

Source : Commission de la santé mentale du Canada
La probabilité de s’absenter du travail pour cause de maladie ou d’invalidité est une fois et demie plus élevée chez les travailleurs de la santé que chez les personnes travaillant dans d’autres secteurs. Ces travailleurs sont également plus à risque de souffrir d’épuisement professionnel, d’usure de compassion et de privation de sommeil, autant de troubles susceptibles de nuire à leur santé et à leur sécurité psychologiques, ainsi qu’à la sécurité des patients. Conçu pour les organismes de soins de santé qui cherchent à mettre en oeuvre la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail, le nouvel outil Prendre soin des travailleurs de la santé tient compte des possibilités et des risques particuliers du secteur des soins de santé.

Prendre soin de la communauté paramédic

Source : Commission de la santé mentale du Canada
Le risque d’éprouver des troubles mentaux est plus élevé chez les travailleurs paramédicaux que chez les autres membres du personnel de la sécurité publique, qui, collectivement, sont déjà quatre fois plus susceptibles de recevoir un diagnostic de trouble mental que la population générale. La ressource Prendre soin de la communauté paramédic aide les organisations à mettre en oeuvre la Norme nationale sur la santé et la sécurité psychologiques dans les organismes de services paramédics, qui a été publiée en mai 2018. Élaborée à la demande de l’Association des paramédics du Canada, la norme propose une orientation propre au secteur pour créer et maintenir un milieu de travail sain et sûr sur le plan psychologique.

Troubles musculosquelettiques et risques psychosociaux dans une population de conducteurs ambulanciers hospitaliers

Source : Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement.
L’objectif de cette étude a été de déterminer la prévalence des TMS et des RPS au sein d’une population de conducteurs ambulanciers (CA) d’un centre hospitalier public et d’évaluer les liens entre eux.

Quels liens entre les actions de prévention et le maintien en emploi des personnes à santé fragile ?

Source : DARES analyses : publication de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques.
Conserver son emploi est plus difficile lorsque la santé est défaillante, mais certaines actions, tels les changements ou aménagements de poste, se révèlent efficaces.

Working conditions and workers’ health

Source : Eurofound
Les personnes au travail en Europe font état d’une bonne santé et d’un bien-être satisfaisant. Toutefois, selon le rapport que publie Eurofound, le travail devient de plus en plus exigeant sur le plan émotionnel, mettant en risque la santé et la viabilité à long terme du travail lui-même. La nature du travail évolue et les facteurs qui déterminent la santé et le bien-être au travail changent. Le contrôle des différents aspects du travail, tels que l’ordre des tâches et la vitesse, est en augmentation. La gestion de clients en colère ou l’exposition à des situations émotionnellement perturbantes au travail, sont également en hausse. L’évolution démographique entraîne une demande croissante de services d’un secteur qui se caractérise déjà par une forte demande émotionnelle, du stress et une intensité de travail. Les femmes, qui sont plus susceptibles de travailler dans ce secteur ou l’éducation sont particulièrement exposées aux risques psychosociaux associés à ces emplois émotionnellement exigeants. Le rapport souligne également l’importance de la motivation qui a des effets positifs sur la santé et le bien-être.

Prévention des risques psychosociaux : les employeurs du public déclarent une forte exposition et une prévention active

Source : Point Stat.
En 2016, d’après leurs employeurs, près de 90 % des agents du secteur public et près de 70 % des salariés du secteur privé travaillent dans un établissement ayant pris, au cours des trois dernières années, des mesures pour prévenir les risques psychosociaux (RPS) au travail. Ces actions ne sont pas toujours menées dans le cadre d’une démarche formalisée d’évaluation des risques. En effet, seule la moitié des agents du secteur public et des salariés du secteur privé travaillent dans un établissement ayant élaboré ou mis à jour, au cours des douze derniers mois, un document unique d’évaluation des risques professionnels incluant les risques psychosociaux.

Concurrent and lagged effects of psychosocial job stressors on symptoms of burnout

Source : International Archives of Occupational and Environmental Health.
L’épuisement professionnel est un état mental décrit comme étant le résultat de facteurs de stress à long terme généralement liés à des facteurs psychosociaux au travail. Le but de la présente étude était d’étudier les relations longitudinales entre les exigences du travail, le pouvoir de décision, les efforts et les récompenses, et les symptômes de l’épuisement professionnel, ainsi que les effets conjugués des demandes et du pouvoir de décision, des efforts et des récompenses.

2019 – Réalisation d’un recueil de bonnes pratiques au sein d’entreprises en matière de prévention des risques psychosociaux (RPS)

Source : Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale
Entre 2014 et 2016, le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale de la Belgique a commandé une recherche-action dans le but d’aider les entreprises à mettre en place une stratégie de prévention des risques psychosociaux (RPS) dans leur entreprise. Dans un deuxième temps, cet organisme a procédé à la récolte et à l’analyse de bonnes pratiques qui ont été mises en place dans le cadre de ce projet afin que les employeurs puissent avoir des éléments concrets pour pouvoir mettre en place une politique de prévention de façon autonome. Deux documents ont été récemment publiés qui présentent les recommandations pour l’élaboration d’une politique de prévention des RPS et décrivent vingt-quatre bonnes pratiques.

La sécurité et la santé au coeur de l’avenir du travail : mettre à profit 100 ans d’expérience

Source : Bureau international du travail
Un rapport publié en prologue à la Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail le 28 avril, examine les résultats obtenus par l’OIT au cours des 100 dernières années et révèle certains des défis et des opportunités émergents pour la création de meilleurs environnements de travail.

Le stress au travail : du paradigme des risques psychosociaux à celui de la qualité de vie au travail

Source : Psychologie du Travail et des Organisations.
Quatre cent trente-six salariés de la grande distribution ont répondu à un questionnaire incluant ces trois mesures du stress, les conséquences (satisfaction, fatigue) et une cause possible (tensions de rôle). Nos résultats valident les hypothèses de différences significatives des niveaux de prévalence du stress selon le modèle, comme des liens avec le facteur et les conséquences, ainsi que l’importance de la perception de stress pour expliquer le vécu négatif.