Need for recovery in relation to effort from work and health in four occupations

Source : International Archives of Occupational and Environmental Health.
Le but de cette étude était d’examiner trois niveaux de besoin de récupération après le travail par rapport à l’effort lié aux exigences du travail, aux stratégies de compensation de la demande, aux ressources de modération ou d’inversion de l’effort et à la santé, y compris les comportements de santé. Un autre objectif était d’examiner les caractéristiques professionnelles qui déterminent le besoin de récupération chez les ingénieurs, les charpentiers, les infirmières et les infirmières en soins à domicile.

The APHIRM toolkit: an evidence-based system for workplace MSD risk management

Source : BMC Musculoskeletal Disorders.
Les troubles musculosquelettiques sont l’un des plus grands problèmes de santé et de sécurité au travail dans le monde. Les pratiques actuelles de gestion des risques en milieu de travail ne répondent pas à certaines exigences importantes fondées sur des preuves pour réduire efficacement les risques de TMS. En particulier, ils ne tiennent pas compte des risques liés aux risques psychosociaux, ne permettent pas une participation suffisante des travailleurs et, souvent, ne maîtrisent pas les risques à leur source. Pour combler ces lacunes, une trousse d’outils sur l’identification participative des dangers et la gestion des risques a été élaborée.

Comment évaluer les interventions complexes de prévention des TMS et des RPS ?

Source : Hygiène et sécurité du travail.
L’évaluation des interventions en prévention est souvent perçue comme une remise en question du savoir professionnel. Qui plus est, évaluer des interventions, surtout en prévention des troubles musculosquelettiques ou des risques psychosociaux, peut représenter un défi hors d’atteinte. Pourtant, l’évaluation peut avoir une perspective apprenante et une vertu formative et, grâce au nouvel outil Evalia développé par l’INRS et l’Anact, elle est facilitée : pour les intervenants l’ayant expérimenté, les bénéfices sont probants.

The third version of the Copenhagen Psychosocial Questionnaire

Source : Safety and Health at Work.
Une nouvelle troisième version du Questionnaire psychosocial de Copenhague (COPSOQ) a été élaborée en réponse aux tendances de la vie professionnelle, aux concepts théoriques et aux expériences internationales. Un élément clé du COPSOQ III est un ensemble défini d’éléments de base obligatoires à inclure dans les versions nationales courtes, moyennes et longues du questionnaire. L’objectif du présent document est de présenter et de tester la fiabilité de la nouvelle version intermédiaire internationale du COPSOQ III.

Travail de bureau

Source : INRS Santé et sécurité au travail
Avec la tertiarisation des activités et le développement des technologies de l’information et de la communication (TIC), le travail de bureau s’est généralisé. Aujourd’hui plusieurs millions de salariés exercent l‘essentiel de leur activité dans un bureau assis devant un ordinateur. Si les risques professionnels liés au travail de bureau sont moins visibles, ils ne sont pas absents et nécessitent des mesures de prévention adaptées.

Risques psychosociaux : réparation et prévention

Source : Références en santé au travail.
Sont présentées 4 enquêtes sur la prévention et la réparation des risques psychosociaux chez des travailleurs vus dans les centres de consultation de pathologie professionnelle de Nord-Picardie.

Psychosocial work stressors and risk of all-cause and coronary heart disease mortality: A systematic review and meta-analysis

Source : Scandinavian Journal of Work, Environment & Health.
Les facteurs de stress psychosociaux au travail sont des expositions courantes qui affectent la population active, et il existe de bonnes preuves qu’ils ont des conséquences néfastes sur la santé. Certains éléments indiquent qu’elles peuvent avoir un impact sur la mortalité, mais cela n’a pas été systématiquement examiné. L’objectif de cet examen systématique était d’examiner l’association entre les facteurs de stress psychosociaux au travail et la mortalité toutes causes confondues et les décès dus aux maladies coronariennes. Les résultats montrent que les travailleurs ayant un faible contrôle de l’emploi sont exposés à un risque accru de mortalité toutes causes confondues et de maladies coronariennes comparativement aux travailleurs ayant un contrôle élevé de l’emploi. Les interventions politiques et pratiques visant à améliorer le contrôle de l’emploi pourraient contribuer à réduire la mortalité.

L’utilité de la formation dans la prévention des risques psychosociaux au travail

Source : Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé.
Cet article se propose d’alimenter la réflexion sur l’intervention dans le champ de la santé au travail. Dans cette recherche, nous nous sommes plus particulièrement centrée sur la capacité d’une action de formation sur la prévention des risques psychosociaux au travail (RPS) à développer des ressources psychosociales nouvelles dans les organisations. Les résultats sont issus de l’analyse de 14 plans d’action et comparent le niveau d’importance des ressources élaborées selon qu’il y ait eu ou pas une formation des acteurs impliqués en amont de la démarche de prévention primaire. L’analyse des résultats montre que, paradoxalement, la formation a tendance à centrer l’action des acteurs sur des réponses individuelles.

Travail, emploi et douance

Source : Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé.
Sujet émergent depuis quelques années, la question des adultes doués et de la place qui leur est faite au sein de notre société met en évidence les difficultés d’intégration socio-professionnelle auxquelles ces derniers sont exposés.

Prévention des risques psychosociaux (RPS) : méthodes et pratiques

Source : Hygiène et sécurité du travail.
Aujourd’hui, les risques psychosociaux (RPS : stress, épuisement professionnel – burnout, harcèlement, violences…) ne peuvent plus être considérés comme des risques dits “émergents”. Les dispositifs de sensibilisation ou de méthodologies d’action se sont multipliés, pour aider à la mise en place d’une démarche de prévention dans les entreprises. Désormais, la prévention des risques psychosociaux se “déspécialise” en s’internalisant. Les acteurs, internes ou externes aux entreprises ou organisations, qui prennent en charge les autres risques professionnels, sont amenés à intégrer la prévention des risques psychosociaux dans leurs pratiques. Il est donc apparu nécessaire d’actualiser la démarche de prévention des RPS. Elle consiste en particulier à mettre l’accent sur l’étape de préparation, déterminante pour aboutir à un plan d’actions en lien avec le diagnostic posé sur les situations de travail.