OMS/OIT : Le nombre des décès liés au travail s’élève à près de deux millions chaque année

Source : Organisation mondiale de la Santé
Les maladies et traumatismes liés au travail ont été responsables du décès de 1,9 million de personnes en 2016. C’est ce que révèlent les premières estimations communes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Bonnes pratiques d’apprentissage machine pour le développement des instruments médicaux : Principes directeurs

Source : Santé Canada
Ces 10 principes directeurs visent à jeter les bases de l’élaboration de BPAA qui prennent en compte le caractère unique de ces produits. Ils aideront aussi à stimuler la croissance future dans ce domaine qui connaît une évolution rapide.

Les troubles musculo-squelettiques reconnus par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail de 2010 à 2012 : qui est à risque?

Source : INSPQ
Cette étude vise à identifier, chez les hommes et chez les femmes, les groupes les plus à risque de troubles musculo-squelettiques d’origine non traumatique selon l’industrie et le type de profession et à caractériser leur ampleur. L’analyse repose sur les données d’indemnisation des lésions professionnelles de 2010 à 2012 de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Les troubles musculo-squelettiques reconnus par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail de 2010 à 2012 : qui est à risque?

Source : INSPQ
Cette étude vise à identifier, chez les hommes et chez les femmes, les groupes les plus à risque de troubles musculo-squelettiques d’origine non traumatique selon l’industrie et le type de profession et à caractériser leur ampleur. L’analyse repose sur les données d’indemnisation des lésions professionnelles de 2010 à 2012 de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Occupation and risk of severe COVID-19: prospective cohort study of 120 075 UK Biobank participants

Source : Occupational and Environmental Medicine, 5/1/2021.
L’objectif de cette étude était d’examiner le risque de COVID-19 grave par groupe professionnel. Les données de base de la UK Biobank (2006-10) pour l’Angleterre ont été reliées aux résultats des tests de dépistage du SRAS-CoV-2 de Public Health England (du 16 mars au 26 juillet 2020). Sur 120 075 participants, 271 présentaient un COVID-19 sévère. Par rapport aux travailleurs non essentiels, les travailleurs de la santé (RR 7,43, IC 95 % 5,52 à 10,00), les travailleurs sociaux et éducatifs (RR 1,84, IC 95 % 1,21 à 2,82) et les autres travailleurs essentiels (RR 1,60, IC 95 % 1,05 à 2,45) présentaient un risque plus élevé de COVID-19 grave.

Ranking of occupational health and safety risks by a multi-criteria perspective: Inclusion of human factors and application of VIKOR

Source : Safety Science, 2021-06-01.
La gestion de la SST repose sur les résultats de l’évaluation des risques, sur la base desquels sont définies les mesures correctives à prendre pour ramener les risques à des valeurs acceptables. À cet égard, l’article propose une méthodologie basée sur la prise de décision multicritères (MCDM) pour la hiérarchisation des risques professionnels.

Une revue des méthodes d’évaluation de la rentabilité de la prévention des lésions professionnelles

Source : IRSST
Les lésions professionnelles occasionnent des coûts élevés pour l’ensemble des acteurs économiques de la société. L’investissement dans la prévention peut permettre d’en réduire l’ampleur, bien qu’il puisse être difficile d’estimer si cela vaut toujours le coût. Une étude de l’IRSST a permis de développer des connaissances et des outils en lien avec le calcul de la rentabilité des investissements des entreprises en prévention des lésions professionnelles. Il s’agit d’un document de référence, qui présente et décrit les différents concepts méthodologiques par la réalisation d’une analyse de rentabilité. Il comporte aussi des recommandations sur les choix méthodologiques inhérents à la réalisation de ce type de démarche.

Faits et chiffres sur les TMS d’origine professionnelle dans une base de données consultable

Source : Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail
Vous souhaitez en savoir plus sur la prévalence, les causes ou les conséquences des troubles musculo-squelettiques (TMS) d’origine professionnelle? Facile à utiliser, notre base de données offre de nombreuses entrées contenant des ressources informatives. Elle est consultable sur le site web de la campagne «Lieux de travail sains», dans le cadre du domaine prioritaire «Faits et chiffres». Les ressources disponibles comprennent notamment des rapports analysant les données aux niveaux national et européen, des études de cas explorant les stratégies de prévention, et des orientations sectorielles sur l’élimination des risques. Elles sont incluses dans une base de données offrant des informations clés aux travailleurs, aux employeurs et aux décideurs politiques à la recherche de faits et de chiffres actualisés sur la maladie professionnelle la plus courante en Europe. Les entrées peuvent être filtrées par pays, secteur, type de risque, etc. Vous trouverez donc très facilement les informations dont vous avez besoin.

Implementing the theoretical domains framework in occupational safety: Development of the safety behaviour change questionnaire

Source : Safety Science.
Pour élaborer des stratégies d’intervention efficaces, il est important de comprendre les facteurs qui facilitent ou entravent l’adoption de comportements de sécurité spécifiques. Il n’existe actuellement aucun questionnaire permettant d’identifier les déterminants des comportements de sécurité pour les travailleurs dont la sécurité est essentielle. Cette étude fait état de l’élaboration et de la validation du Safety Behaviour Change Questionnaire (SBCQ) basé sur le Theoretical Domains Framework (TDF).

La recherche en santé et sécurité au travail en France

Source : Références en santé au travail.
Le premier objectif de cette approche est de faire un inventaire des principaux acteurs du domaine en France, qu’ils soient issus du monde académique, des établissements de santé, des services de santé au travail ou d’établissements plus finalisés. Le second objectif consiste à étudier les principales caractéristiques des travaux publiés : quelle approche ? Quel sujet de recherche en termes d’agent agresseur ou de pathologie ? Quelle population de travailleurs ciblée par ces travaux ? Un peu plus de mille publications dans le domaine de la santé au travail ont été analysées.