Nurse suicide prevention starts with crisis intervention

Source : American Nurse.
Nous savons que le taux de suicide est plus élevé chez les infirmières que dans la population générale, mais nous ne savons pas encore exactement pourquoi. Cependant, la nature du travail que nous faisons augmente notre risque d’anxiété, de troubles liés au stress et de dépression. La pandémie de COVID-19 nous rend encore plus vulnérables. Dans cet article, nous nous appuierons sur les stratégies de résilience couvertes dans le premier article de cette série sur la santé mentale des infirmières.

Does the Type of Exposure to Workplace Violence Matter to Nurses’ Mental Health?

Source : Healthcare.
La violence sur le lieu de travail est un phénomène courant dans le secteur des soins de santé, en particulier chez les professionnels de la santé. L’exposition à la violence au travail peut être directe par une implication directe, indirecte par un témoignage de seconde main, ou les deux. Même si les implications pour les victimes de la violence au travail ont été bien étudiées, on en sait moins sur les différents types d’exposition et leurs effets sur la santé mentale des infirmières. L’objectif de cette étude est d’examiner l’impact des types d’exposition à la violence au travail sur la santé mentale des infirmières, tout en tenant compte de l’intensité de l’incident/des incidentes. Cette étude utilise un modèle corrélationnel exploratoire avec des méthodes d’enquête. Les infirmières de la Colombie-Britannique (BC), Canada, ont été invitées par le syndicat provincial des infirmières à remplir une enquête électronique à l’automne 2019. Au total, 2958 réponses d’infirmières en soins directs dans des établissements de soins de courte durée ont été analysées par régression logistique. Les résultats ont montré que les problèmes de santé mentale augmentaient avec l’exposition cumulative ; même si les infirmières ayant une exposition uniquement indirecte à la violence au travail ne signalaient pas de problèmes de santé mentale plus importants, celles ayant une exposition directe uniquement, ou à la fois directe et indirecte, étaient de deux à quatre fois plus susceptibles de signaler des niveaux élevés de stress post-traumatique (PTSD), d’anxiété, de dépression et d’épuisement que leurs homologues n’ayant pas été exposées. Il est urgent d’améliorer le soutien en matière de santé mentale, les politiques de prévention et les pratiques qui tiennent compte du type d’exposition à la violence sur le lieu de travail.

Sentinel Event Alert 62: Health care workers in the midst of crisis

Source : Sentinel Event Alert.
L’assaut continu de COVID-19 pousse les organisations de soins de santé à leurs limites et les travailleurs au-delà de l’épuisement physique. COVID-19 inflige des dommages émotionnels à ceux qui s’occupent des patients, selon un récent article de The Atlantic Monthly. « Pour être infirmière, il faut vraiment se soucier des gens », a déclaré une infirmière travaillant dans un hôpital de l’Iowa. Mais lorsqu’une unité de soins intensifs est remplie de patients COVID-19, dont beaucoup risquent de mourir, « pour se protéger, il suffit de fermer. Vous en arrivez au point où vous réalisez que vous êtes devenu une machine. Il y a une limite aux nombre de sacs que vous pouvez fermer ». Ce genre d’expériences traumatisantes – partagées par les organisations de soins de santé américaines pendant la pandémie COVID-19 – souligne l’importance cruciale de soutenir les travailleurs de la santé qui portent le fardeau des situations de crise avec les patients et les familles.

Post-traumatic growth and influencing factors among frontline nurses fighting against COVID-19

Source : Occupational and Environmental Medicine, 1 février 2021.
Cette étude explore la croissance post-traumatique des infirmières de première ligne pendant l’épidémie de COVID-19 et l’influence de facteurs connexes, notamment les caractéristiques démographiques et les variables subjectives telles que les années de travail, la confiance en soi dans le travail de première ligne, la conscience du risque, l’intervention ou la formation psychologique et la rumination délibérée.

Deaths of Despair Among Healthcare Workers, Massachusetts, 2011-2015

Source : Journal of Occupational and Environmental Medicine, 29 janvier 2021.
Cette étude avait pour objectif d’explorer les taux et les tendances de la mortalité des travailleurs de la santé morts de désespoir (DoD). Le codage par profession de décès dus à des empoisonnements, des suicides, des maladies du foie alcholique et des cirrhoses a révélé 540 décès parmi les travailleurs de la santé du Massachusetts, ce qui représente un taux annuel moyen de 32,4 décès pour 100 000 travailleurs. Les professions ayant le taux le plus élevé était celui des assistants médicaux; des infirmiers, des psychiatres et des aides de santé à domicile; des technologues et techniciens de santé, des techniciens médicaux d’urgence et des ambulanciers.

Nurses’ Workplace Conditions Impacting Their Mental Health during COVID-19: A Cross-Sectional Survey Study

Source : Healthcare, janvier 2021.
Parmi les travailleurs de la santé, les infirmières sont les plus exposées au risque d’exposition à la COVID-19 et de mortalité en raison de leurs conditions de travail, notamment le manque d’équipement de protection individuelle (EPI), le manque de personnel et l’insuffisance des précautions de sécurité. L’objectif de cette étude était d’examiner l’impact des conditions de travail de la COVID-19 sur la santé mentale des infirmières.

The Influence of Social Support on the Relationship between Emotional Demands and Health of Hospital Nurses: A Cross-Sectional Study

Source : Healthcare, février 2021.
Le soutien social réduit les résultats négatifs du travail émotionnellement exigeant. Une analyse plus détaillée devrait être effectuée pour faciliter un soutien social adéquat pour les infirmières. C’est pourquoi cette étude a été menée pour examiner les relations entre les exigences émotionnelles du travail des infirmières, le soutien social et la santé.

Prevalence and effect of workplace violence against emergency nurses at a tertiary hospital in Kenya: a cross-sectional study

Source : Safety and Health at Work, 23 janvier 2021.
La violence en milieu de travail est un risque majeur pour la santé et le travail des infirmières. Elle affecte le bien-être physique et psychologique des infirmières et a des répercussions sur la prestation des services de santé. Nous avons cherché à évaluer la prévalence et à décrire les conséquences de la violence en milieu de travail des infirmières travaillant dans un service d’urgence au Kenya.

Compliance with Recommendations on Work Schedule for Shift Nurses in South Korea

Source : Safety and Health at Work, 27 janvier 2021.
Il a été rapporté qu’un horaire de travail par quarts bien conçu a un effet positif sur l’amélioration des problèmes de santé liés au travail par quarts. Cette étude visait à déterminer la conformité aux 17 recommandations sur les horaires de travail des infirmières et des infirmiers travaillant par quarts et les facteurs connexes.

Stress, Burnout, and Low Self-Efficacy of Nursing Professionals: A Qualitative Inquiry

Source : Healthcare.
Les infirmières sont confrontées à un niveau élevé de stress et d’épuisement professionnel en raison de responsabilités surchargées, ce qui peut entraîner un faible niveau d’auto-efficacité. Du point de vue des professionnels des soins infirmiers, la recherche vise à comprendre quelles sont les sources de stress et d’épuisement professionnel qui réduiraient l’auto-efficacité et le ratio déséquilibré des patients et comment les professionnels des soins infirmiers décriraient leurs expériences, les sources de stress et d’épuisement professionnel et leur auto-efficacité.