Prevalence of musculoskeletal complaints among haemodialysis nurses – a comparison between Danish and Swedish samples

Source : International Journal of Occupational Safety and Ergonomics.
Les troubles musculo-squelettiques (TMS) dans la profession infirmière sont courants, comme dans bien d’autres professions. Bien qu’il y ait eu une pléthore d’études visant à déterminer la prévalence des TMS dans le contexte infirmier, à notre connaissance, aucune étude n’a tenu compte des conditions de travail des infirmières en milieu d’hémodialyse.

Need for recovery in relation to effort from work and health in four occupations

Source : International Archives of Occupational and Environmental Health.
Le but de cette étude était d’examiner trois niveaux de besoin de récupération après le travail par rapport à l’effort lié aux exigences du travail, aux stratégies de compensation de la demande, aux ressources de modération ou d’inversion de l’effort et à la santé, y compris les comportements de santé. Un autre objectif était d’examiner les caractéristiques professionnelles qui déterminent le besoin de récupération chez les ingénieurs, les charpentiers, les infirmières et les infirmières en soins à domicile.

Pain complaints are associated with quick returns and insomnia among Norwegian nurses, but do not differ between shift workers and day only workers

Source : International Archives of Occupational and Environmental Health.
Le but de cette étude était de déterminer si les caractéristiques communes des horaires de travail des infirmières norvégiennes étaient associées à des plaintes subjectives de douleur.

Ensuring Workplace Safety: Evidence Supporting Interventions for Nurse Administrators

Source : JONA: The Journal of Nursing Administration.
La violence en milieu de travail dans le secteur de la santé est une préoccupation croissante chez les infirmières ; toutefois, les infirmières administratrices et les gestionnaires ne sont peut-être pas pleinement conscientes du degré, de la fréquence ou de l’étendue du traumatisme que vivent les infirmières membres du personnel. Ce manque d’information est influencé par le fait que les infirmières ne signalent pas les incidents violents, qu’elles croient qu’on s’attend à ce qu’elles s’occupent des patients violents, qu’il leur faut du temps pour documenter ces incidents en détail et qu’elles ont l’impression que le suivi sera minimal. Cet article décrit les structures, les processus et les pratiques fondés sur des données probantes qui visent à minimiser les risques organisationnels et à protéger les infirmières et les autres membres du personnel contre les blessures physiques ou émotionnelles ou les traumatismes en milieu de travail.

Justification of aggression against nurses: The effect of aggressor distress and nurse communication quality

Source : Journal of Advanced Nursing.
L’étude a exploré les conditions qui augmentent la justification de l’agression contre les infirmières, du point de vue d’une tierce partie. Les résultats montrent que la détresse de l’agresseur, ainsi que la qualité de la communication de l’infirmière attaquée affectent la justification de l’agression. Les résultats contribuent à la connaissance des causes des agressions contre les infirmières et soulignent la nécessité d’une politique de soins de santé et d’activités d’éducation publique visant à miner l’idée que l’agression contre les infirmières peut se justifier.

Workplace bullying among nurses and organizational response: An online cross-sectional study

Source : Journal of Nursing Management.
L’intimidation est un problème dans de nombreux milieux de travail infirmiers, et les organisations ont l’obligation de soutenir les infirmières qui sont victimes d’intimidation. Le soutien ou la trahison à la suite d’actes d’intimidation pourrait nuire au bien-être de l’infirmière, y compris l’épuisement professionnel. Cette étude vise à examiner la prévalence de l’intimidation chez les infirmières et à explorer les associations entre la trahison et le soutien organisationnel et le bien-être des infirmières exposées à l’intimidation.

Safer Patient Handling: Stat!

Source : Rehab Managment.
Les blessures subies par le personnel hospitalier à la suite d’une opération de levage de patients peuvent faire des établissements hospitaliers un endroit risqué pour les thérapeutes, les infirmières et les autres personnes. La gestion efficace de ces risques peut rendre leur travail plus sécuritaire, selon Frank Long, MS, directeur de la rédaction de Rehab Management.

Occupational exposure to disinfectants and asthma incidence in U.S. nurses: A prospective cohort study

Source : American Journal of Industrial Medicine.
L’exposition aux désinfectants chez les travailleurs de la santé a été associée à des effets sur la santé respiratoire, en particulier l’asthme. Cependant, la plupart des études sont transversales et le rôle des expositions aux désinfectants dans le développement de l’asthme nécessite des études longitudinales. Nous avons étudié l’association entre l’exposition professionnelle aux désinfectants et l’asthme accidentel chez une importante cohorte d’infirmières américaines.

Antineoplastic drug occupational exposure: a new integrated approach to evaluate exposure and early genotoxic and cytotoxic effects by no-invasive Buccal Micronucleus Cytome Assay biomarker

Source : Toxicology Letters.
Le personnel soignant qui manipule des médicaments antinéoplasiques pourrait être exposé à des risques d’effets indésirables pour la santé. Cette étude visait à évaluer les effets génotoxiques et cytotoxiques de l’exposition aux médicaments antinéoplasiques chez le personnel préparant et administrant ces médicaments dans trois hôpitaux d’oncologie en Italie, auprès de 42 sujets exposés et 53 témoins. De plus, nous voulions étudier l’influence possible des polymorphismes des gènes de réparation de l’ADN XRCC1 et hOGG1 sur la génotoxicité induite sur les cellules buccales.

Use of disinfectants increase COPD risk among female nurses: study

Source : Safety & Health.
L’utilisation fréquente de produits de nettoyage et de désinfectants courants sur le lieu de travail peut augmenter jusqu’à 38 % le risque de développer une maladie pulmonaire obstructive chronique chez les infirmières, selon les résultats d’une étude récente menée par des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale de France.