The impact of night shift work on breast cancer: Results from the Burden of Occupational Cancer in Canada Study

Source : American Journal of Industrial Medicine.
Cette étude estime la proportion et le nombre de cas de cancer du sein chez les femmes au Canada attribuables au travail de nuit. En calculant et en enlevant les fractions attribuables à la population (FAP) chez les Canadiennes qui ont déjà travaillé de nuit ou en rotation de 1961 à 2000, les auteurs ont obtenu le nombre de cas attribuables. Entre 470 et 1200 cas de cancer du sein en 2011 étaient probablement attribuables au travail par quarts, dont 38 % auraient été diagnostiqués chez des femmes occupant des emplois liés à la santé.

Cancers reconnus d’origine professionnelle : évolution statistique, actions de prévention et d’accompagnement des salariés exposés

Source : Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (France)
Sur la période 2013-2017, 1 840 cancers d’origine professionnelle ont été reconnus en moyenne chaque année en France. La part des cancers liée à l’amiante est prépondérante (80 %). Il s’agit de cancers du poumon dans 70 % des cas et de mésothéliomes dans 30 % des cas. Ces chiffres sont issus d’un rapport publié en avril par l’Assurance maladie – Risques professionnels. Ils indiquent une progression de la reconnaissance des cancers d’origine professionnelle d’un facteur 3,6 en l’espace de vingt ans. Celle-ci intervient en général tardivement – à l’âge de 68 ans en moyenne – alors que les personnes sont déjà à la retraite. Les hommes sont très majoritairement concernés (96 %), notamment les anciens ouvriers (80 % de cas) issus des secteurs de la métallurgie, du BTP, de l’industrie chimique et du bois. Il faut toutefois préciser que cette situation est le reflet de la structure d’emploi des cinquante dernières années et non de l’exposition actuelle des salariés. Ce rapport comporte également deux chapitres sur les actions de prévention et d’accompagnement des salariés exposés à des risques cancérogènes.

La sécurité et la santé au coeur de l’avenir du travail : mettre à profit 100 ans d’expérience

Source : Bureau international du travail
Un rapport publié en prologue à la Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail le 28 avril, examine les résultats obtenus par l’OIT au cours des 100 dernières années et révèle certains des défis et des opportunités émergents pour la création de meilleurs environnements de travail.

Le risque de cancer du sein chez les travailleuses de nuit : état des connaissances

Source : Références en santé au travail.
L’exposition professionnelle au travail de nuit, fixe ou posté, entraînant des perturbations de l’horloge biologique et des rythmes circadiens, a été associée dans plusieurs études à un risque accru de cancer du sein chez les femmes.

Travail de nuit et cancer du sein : de nouveaux arguments en faveur d’un lien

Une étude conduite par une équipe Inserm apporte de nouvelles informations sur l’association entre le travail de nuit et le risque de cancer du sein, grâce à la ré-analyse de cinq études permettant de retracer l’exposition au travail de nuit chez plus de 13 000 femmes. Source Inserm [en ligne]. 2018. Disponible à l’adresse : https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/travail-nuit-et-cancer-sein-nouveaux-arguments-en-faveur-lien