Global Nurses United demands World Health Organization strengthen Covid-19 guidance

Source : Global Nurses United
Dans la lettre, Global Nurses United (GNU) demande à l’OMS de reconnaître pleinement la science actualisée, en reconnaissant que la transmission par voie aérienne/aérosol du SRAS-CoV-2 – le virus qui cause le Covid-19 – est un mode de transmission important. L’organisme demande également à l’OMS de renforcer ses recommandations sur les EPI et d’actualiser ses directives sur la lutte contre les infections et autres directives applicables afin de traiter pleinement et de manière protectrice les risques de transmission des cas asymptomatiques et présymptomatiques. Enfin, la lettre demande à l’OMS de reconnaître l’expertise de ceux qui sont en première ligne, encourageant l’organisation à « impliquer les infirmières et les travailleurs de la santé qui dispensent des soins directs et leurs syndicats dans l’élaboration de directives sur le SRAS – CoV-2 et Covid-19 ».

Ventilation et transmission de la COVID-19 en milieu scolaire et en soin – Rapport du Groupe d’experts scientifiques et techniques (janvier 2021)

Source : La Direction des communicatinos du ministère de la Santé et des services sociaux
Ce rapport contient les conclusions du groupe d’experts et plusieurs recommandations pour améliorer la qualité de l’air intérieur des bâtiments en contexte de pandémie de COVID-19.

Ventilation et transmission de la COVID-19 en milieu scolaire et en soin – Résumé du Rapport du Groupe d’experts scientifiques et techniques (janvier 2021)

Source : La Direction des communicatinos du ministère de la Santé et des services sociaux
Ce document est un résumé du rapport du groupe d’experts qui contient leurs conclusions et plusieurs recommandations pour améliorer la qualité de l’air intérieur des bâtiments en contexte de pandémie de COVID-19.

Allergic Reactions Including Anaphylaxis After Receipt of the First Dose of Pfizer-BioNTech COVID-19 Vaccine — United States, December 14–23, 2020

Source : MMWR. Morbidity and Mortality Weekly Report, 1/15/2021.
L’anaphylaxie est une réaction allergique grave et potentiellement mortelle qui survient rarement après la vaccination. Du 14 au 23 décembre 2020, la surveillance exercée par le Système de notification des effets indésirables des vaccins a permis de détecter 21 cas d’anaphylaxie après l’administration de 1 893 360 premières doses du vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech (11,1 cas par million de doses) ; 71 % de ces cas sont survenus dans les 15 minutes suivant la vaccination. Les sites qui administrent les vaccins COVID-19 doivent respecter les directives des CDC concernant l’utilisation des vaccins COVID-19, y compris le dépistage des contre-indications et des précautions chez les receveurs, la mise à disposition des fournitures nécessaires pour gérer l’anaphylaxie, l’application des périodes d’observation post-vaccinale recommandées et le traitement immédiat des cas suspects d’anaphylaxie par injection intramusculaire d’épinéphrine.

Global nurses group pushes WHO for stronger stance on COVID-19 protections

Source : Safety & Health, 12/21/2020.
Global Nurses United demande à l’Organisation mondiale de la santé des directives plus strictes concernant la COVID-19, notamment un appel à davantage d’équipements de protection individuelle pour les travailleurs de la santé et la reconnaissance par l’OMS du mode de propagation du virus.

Removing the Enigma: A Methodical Risk and Control Analysis of COVID-19

Source : Journal of the Association of Occupational Health Professionals in Healthcare.
Comme les effets de COVID-19 continuent d’affecter les gens à travers le monde, de nombreuses opinions ont été partagées sur la façon dont les gouvernements, les entreprises et le grand public devraient réagir. L’auteur de l’article, Cory Worden, explique comment utiliser un processus décisionnel de gestion des risques basé sur les faits et une analyse des dangers pour gérer les risques aigus et chroniques de COVID-19 tout en optimisant la prévention de l’exposition.

Back to Basics: The Volatile Healthcare Environment, Dynamic Hazards, and Thorough Safety Culture Development

Source : Journal of the Association of Occupational Health Professionals in Healthcare.
Le développement d’une culture de la sécurité est absolument nécessaire pour prévenir les incidents, en particulier dans le domaine des soins de santé. Cory Worden explore les dangers statiques et dynamiques qui existent dans l’environnement des soins de santé. Il passe en revue l’importance d’identifier ces dangers, de s’assurer que des contrôles sont en place, de valider les comportements et les conditions de sécurité et d’enquêter sur les incidents pour augmenter la sécurité de manière exponentielle.

Comparaison des hospitalisations dues à la COVID-19 pendant la première vague à celles dues à l’influenza pendant les saisons précédentes

Source : INSPQ
Le Québec est aux prises avec la pandémie de la COVID-19 due au virus SRAS-CoV-2 depuis l‘hiver 2020, avec un premier cas importé détecté à la fin février et la déclaration de l’état d’urgence sanitaire le 13 mars. La vigie quotidienne des cas et des éclosions mise en place par les efforts communs du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a permis de suivre l’évolution de la situation épidémiologique en utilisant plusieurs sources de données

Human papillomavirus and surgical smoke: a systematic review

Source : Occupational and Environmental Medicine, 12/1/2020.
L’objectif de cette analyse documentaire était d’évaluer les connaissances actuelles sur le risque de transmission du virus du papillome humain (VPH) et de maladies liées au VPH pour les chirurgiens et les autres membres du personnel des blocs opératoires (OT) à la suite d’une exposition à la fumée chirurgicale.

The impact of extreme reuse and extended wear conditions on protection provided by a surgical-style N95 filtering facepiece respirator

Source : Journal of Occupational and Environmental Hygiene, 11/9/2020.
Alors que la plupart des respirateurs utilisés dans les établissements de santé sont destinés à un usage unique, dans le cadre de la pandémie actuelle de COVID-19, en présence de pénuries persistantes d’équipements de protection individuelle, l’utilisation prolongée et la réutilisation des respirateurs à masque filtrant sont couramment envisagées par de nombreux organismes de soins de santé. Dans cette étude, nous avons soumis un appareil respiratoire filtrant N95 de type chirurgical à ajustement quantitatif stocké à des conditions extrêmes de réutilisation et de port prolongé (jusqu’à 19 utilisations sur une durée de 5 jours) et avons mesuré sa performance de protection à intervalles réguliers, y compris des mesures simulées du facteur de protection sur le lieu de travail en utilisant la fuite totale vers l’intérieur. Avec cet appareil respiratoire, il a été démontré qu’il était possible de maintenir une protection correspondant à un facteur de protection assigné supérieur à 10 dans des conditions d’utilisation extrêmes, à condition qu’un individu soit correctement formé à l’utilisation de l’appareil respiratoire et qu’il soit installé de manière experte. D’autres facteurs tels que l’hygiène et la rupture des courroies sont susceptibles de limiter la réutilisation.