Novel Negative Pressure Helmet Reduces Aerosolized Particles in a Simulated Prehospital Setting

Source : Prehospital and Disaster Medicine.
Inspiré du concept du respirateur à épuration d’air motorisé (PAPR), le casque AerosolVE crée un espace personnel à pression négative pour contenir les particules infectieuses aérosolisées produites par les patients, rendant ainsi la cabine d’un véhicule de SMU plus sûre pour les prestataires. Le casque a été développé initialement pour être utilisé dans les hôpitaux et pourrait être d’une grande utilité dans le cadre préhospitalier. L’objectif de cette étude était de déterminer l’efficacité et la sécurité du casque dans l’atténuation de la propagation simulée de particules infectieuses dans diverses plateformes de transport du SAMU pendant l’utilisation de l’AGP.

Guide sur la protection respiratoire

Source : IRSST
Une publication conjointe de l ’IRSST et de la CNESST présente les principaux éléments de la protectionrespiratoire. Elle synthétise les étapes d’élaboration d’un programme de protection respiratoire en milieu detravail en mettant l’accent sur l’évaluation des risques, le choix des appareils et leur utilisation adéquate. (Résumé tiré du bulletin Tour de veille… informationnelle / CNESST)

Frameworks for Protecting Workers and the Public from Inhalation Hazards

Source : The National Academies Press
En novembre 2020, le comité des National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine s’est réuni pour discuter des questions relatives à la protection respiratoire aux États-Unis. Plus précisément, le comité a analysé le besoin d’une protection respiratoire appropriée pour les travailleurs qui ne sont pas couverts par un programme de prévention. Il a aussi pris en considération la situation des citoyens qui pourraient être exposés à des substances dangereuses par inhalation dans leur vie quotidienne. Dans l’analyse du contexte professionnel, les experts ont constaté que le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) approuve seulement les appareils respiratoires à utiliser dans le cadre d’un programme de prévention ce qui ne permet pas d’assurer une protection égale à tous les travailleurs. Également, les expositions à des fumées des feux de forêt et à des aérosols infectieux, devenues courantes de nos jours, sont difficiles à évaluer ce qui demande des exigences et des normes applicables en milieu de travail. Le comité a défini un cadre général de surveillance et d’orientation qui prévoit les aspects touchant la conformité et la disponibilité des appareils respiratoires, les autorités responsables, l ’évaluation des risques, ainsi que l’accès à l’information et à la formation. (résumé tiré du bulletin Tour de veille / CNESST)

Elastomeric Half Mask Respirator Resources

Source : The National Personal Protective Technology Laboratory (NPPTL)
Les demi-masques respiratoires en élastomère sont un type d’appareil de protection respiratoire(APR) à purification d’air et sont des dispositifs réutilisables avec des éléments filtrants interchangeables (cartouches ou filtres) qui peuvent être sélectionnés pour fournir le niveau de filtration nécessaire (par exemple, N95). Les pièces faciales sont faites de caoutchouc synthétique ou naturel permettant un nettoyage, une désinfection, un stockage et une réutilisation répétés. Comme le masque doit former un joint étanche contre le visage de l’utilisateur, ils doivent être soumis à des tests d’ajustement au moins une fois par an. Cette page permet d’en savoir plus sur les études du NIOSH et les ressources disponibles concernant les APR en élastomère.

Mask-associated ‘de novo’ headache in healthcare workers during the COVID-19 pandemic

Source : Occupational and Environmental Medicine, 12/30/2020.
La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus (COVID-19) a modifié les activités de soins des professionnels de la santé. Nous avons analysé l’association possible entre l’apparition de maux de tête « de novo » selon le type de masque utilisé, les facteurs associés et l’impact de la céphalalgie sur les professionnels de santé. Selon le type de masque utilisé, il y avait des différences dans l’intensité des maux de tête, et l’impact d’un mal de tête chez les sujets qui utilisaient un masque filtrant était pire dans tous les aspects évalués.

Physical interventions to interrupt or reduce the spread of respiratory viruses

Source : Cochrane Database of Systematic Reviews, 2020.
Cette étude visait à déterminer si les mesures physiques arrêtent ou ralentissent la propagation des virus respiratoires. Elle comprend 67 études pertinentes publiées jusqu’au 1er avril 2020. Les auteurs ont évalué les effets des masques médicaux ou chirurgicaux, des respirateurs N95/P2 et de l’hygiène des mains. Les auteurs de cette revue concluent que le risque élevé de biais dans les essais, la variation dans la mesure des résultats et le respect relativement faible des interventions pendant les études empêchent de tirer des conclusions fermes et de généraliser les résultats à la pandémie actuelle de COVID-19. Il est nécessaire de procéder à des essais contrôlés randomisés de grande envergure et bien conçus pour évaluer l’efficacité de nombre de ces interventions dans de multiples contextes et populations.

Coronavirus COVID-19 : dossier de l’ASSTSAS

Consultez ce dossier pour découvrir les dernières informations, les directives, recommandations et autres liens utiles ainsi que les outils et publications de l’ASSTSAS créées ou mis à jour en lien avec la pandémie.

Skin Irritation from Prolonged Use of Tight-Fitting Respirators

Source : NIOSH Science Blog
Les masques respiratoires filtrants sont généralement utilisés par les travailleurs, y compris les premiers intervenants et les professionnels de la santé, pendant de courtes périodes peu fréquentes pour se protéger contre les maladies transmissibles par l’air. Cependant, lors d’épidémies de maladies respiratoires infectieuses, il peut être nécessaire de mettre en œuvre des pratiques d’utilisation prolongée des respirateurs en raison d’un approvisionnement insuffisant en FFR. L’irritation de la peau causée par l’utilisation prolongée de FFR jetables a été documentée lors de précédentes épidémies de maladies respiratoires infectieuses.

COVID-19: Le respirateur en élastomère comme solution de rechange au N95

Source : Profession Santé
Le respirateur en élastomère s’avère une bonne solution de rechange pour protéger les travailleurs de la santé du coronavirus lorsque les masques N95 font défaut, selon un document rédigé par le Comité sur les infections nosocomiales du Québec de l’INSPQ dans lequel des recommandations sur l’utilisation et le nettoyage de ce masque sont édictées… Toutefois, ces respirateurs ne doivent pas être utilisés dans les situations où un champ stérile est requis, comme lors d’une procédure invasive, avertit l’INSPQ. «La valve d’expiration permet à l’air non filtré d’être expiré par le porteur, air potentiellement contaminé par des microbes et pouvant contaminer le champ stérile», indique-t-il. Pour cette même raison, les respirateurs en élastomère ne protègent pas les usagers d’un travailleur de la santé infecté.