National Toxicology Program Cancer Hazard Assessment Report on Night Shift Work and Light at Night

Source : National Toxicology Program
Le NTP a utilisé des méthodes d’examen systématique et des critères établis pour parvenir à ses conclusions sur les risques de cancer, à savoir que (1) le travail de nuit persistant peut provoquer un cancer du sein chez les femmes et (2) certaines conditions d’éclairage peuvent être liées au cancer.

Recent News about Night Shift Work and Cancer: What Does it Mean for Workers?

Source : NIOSH Science Blog
Le National Toxicology Program (NTP) a récemment publié un rapport sur le lien entre le travail de nuit persistant et le risque de cancer. Ce rapport fait suite à une évaluation similaire publiée en juillet 2019 par le Centre international de recherche sur le cancer. Les deux agences ont examiné les études existantes sur le travail de nuit et le cancer et ont toutes deux convoqué des experts dans les domaines de la recherche humaine, animale et des sciences fondamentales. Dans le récent rapport du NTP, il a été conclu qu’il existe une « confiance élevée » dans le fait que le travail de nuit persistant qui entraîne une perturbation circadienne peut causer le cancer chez l’homme, et le CIRC a conclu que le travail de nuit est « probablement cancérogène pour l’homme. »

Comment améliorer la prise en compte du risque chimique et de la prévention des cancers professionnels dans la normalisation des machines ?

Source : Hygiène et sécurité au travail, 2020-12.
Le risque chimique est peu abordé dans les «normes machines», notamment pour des raisons techniques. Les constructeurs hésitent souvent à intégrer ce risque dans la phase de conception de leurs machines. Le risque chimique, notamment en lien avec les substances cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR), est moins «visible» que le risque mécanique. Dans ces conditions, il devient difficile pour les experts normalisation de définir les exigences de santé et de sécurité pour les différentes phases de vie du produit. La nécessité de caractériser l’exposition dans les ambiances de travail est fondamentale, afin de verrouiller au mieux les exigences normatives de test pour les fabricants, en tenant compte des utilisateurs.

Cancers des soignants : vers un scandale sanitaire ?

Source : Santé & travail.
C’est un paradoxe : les chimiothérapies pour traiter le cancer contiennent des substances cancérogènes. Elles ont été manipulées pendant des années sans aucune précaution. A Rennes, quatre soignantes sont déterminées à faire reconnaître leur cancer professionnel. Notre enquête menée avec le site d’info Basta!

Produits radioactifs, traitements toxiques : quand celles qui soignent le cancer tombent elles-même malades

Source : Basta !.
Le comble : des soignantes en cancérologie développent elles-mêmes la maladie du fait de l’absence de précautions autour des traitements anti-cancéreux pendant des années. Une enquête exclusive de Basta ! avec le magazine Santé & Travail.

Occupational Asbestos Exposure and Kidney Cancer: Systematic Review and Meta-analysis of Cohort Studies

Source : Annals of Work Exposures and Health.
Cette étude visait à déterminer la mortalité et l’incidence du cancer du rein chez les travailleurs qui ont été exposés à l’amiante. Nous avons effectué une revue systématique et une méta-analyse pour évaluer l’association entre l’exposition professionnelle à l’amiante et le cancer du rein.

Cancérogénicité du travail de nuit posté | Carcinogenicity of night shift work

Source : The Lancet Oncology.
En juin 2019, un Groupe de Travail de 27 scientifiques venus de 16 pays s’est réuni au Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) à Lyon, France, pour finaliser leur évaluation de la cancérogénicité du travail de nuit posté. Cette évaluation sera publiée dans le volume 124 des Monographies du CIRC. Cet article est la version française du synthèse publié dans The Lancet Oncology (doi 10.1016/S1470-2045(19)30455-3)

Synthèse : Monographies du CIRC vol 124 : Cancérogénicité du travail de nuit posté

Source : The Lancet Oncology.
En juin 2019, un Groupe de Travail de 27 scientifiques venus de 16 pays s’est réuni au Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) à Lyon, France, pour finaliser leur évaluation de la cancérogénicité du travail de nuit posté. Cette évaluation sera publiée dans le volume 124 des Monographies du CIRC.

New report summarizes challenges in assessing the carcinogenicity of night shift work

Source : CAREX Canada
CAREX Canada (CARcinogen Exposure) a évalué l’état actuel de la recherche dans concernant le cancérogénicité du travail posté. L’étude de littérature vise à identifier les lacunes de données disponibles relatives à l’évaluation de l’exposition, à l’épidémiologie et aux preuves mécanistes qui rendent difficile de trouver le lien entre le travail posté de nuit et le cancer.

Carcinogenicity of night shift work: Data gaps and research challenges

Source : CAREX Canada
La cancérogénicité du travail posté de nuit a été évaluée par plusieurs organisations, mais les résultats des recherches menées sur le sujet varient. Pourtant, il s’avère crucial d’obtenir des preuves suffisantes quant à la cancérogénicité du travail posté de nuit, car ce sont environ 1,8 million de travailleurs canadiens qui y sont exposés. C’est pourquoi CAREX Canada (CARcinogen Exposure) a évalué l’état actuel de la recherche dans ce domaine afin d’identifier les lacunes de données disponibles relatives à l’évaluation de l’exposition, à l’épidémiologie et aux preuves mécanistes qui rendent difficile de trouver le lien entre le travail posté de nuit et le cancer.