La sécurité des machines : Une responsabilité partagée

Source : Prévention au travail.
Du fabricant au travailleur, chaque membre de la chaîne a son rôle à jouer afin que les machines soient sécuri-taires dès leur conception et qu’elles le restent durant tout leur cycle de vie. Malgré cela, les interventions de la CNESST auprès de certains acteurs du milieu pour des lacunes en matière de sécurité des machines sont encore trop nombreuses.

Outil d’autodiagnostic (audit) pour l’application du cadenassage

Source : IRSST
Dans le cadre du projet de recherche Étude sur la pratique du cadenassage sur des machines, l’IRSST, en collaboration avec Polytechnique Montréal, a mis au point un outil d’autodiagnostic pour l’application du cadenassage. L’outil comprend deux étapes, le préaudit (préparation) et l’audit lui-même. Avant de commencer, l’auditeur doit sélectionner un équipement et/ou une tâche. Il s’agit d’un outil générique, basé sur les obligations du règlement en santé et en sécurité du travail (RSST) et les recommandations de la norme CSA Z460 (2013) sur le cadenassage. Il est possible d’ajuster cet outil aux besoins spécifiques des utilisateurs, si les obligations réglementaires sont respectées.

Comment améliorer la prise en compte du risque chimique et de la prévention des cancers professionnels dans la normalisation des machines ?

Source : Hygiène et sécurité au travail, 2020-12.
Le risque chimique est peu abordé dans les «normes machines», notamment pour des raisons techniques. Les constructeurs hésitent souvent à intégrer ce risque dans la phase de conception de leurs machines. Le risque chimique, notamment en lien avec les substances cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR), est moins «visible» que le risque mécanique. Dans ces conditions, il devient difficile pour les experts normalisation de définir les exigences de santé et de sécurité pour les différentes phases de vie du produit. La nécessité de caractériser l’exposition dans les ambiances de travail est fondamentale, afin de verrouiller au mieux les exigences normatives de test pour les fabricants, en tenant compte des utilisateurs.

Risque d’être frappé, coincé ou écrasé par un objet ou de l’équipement : comment se protéger?

Source : Convergence SST, 2020.
Lorsqu’on m’a demandé d’écrire sur le risque d’être frappé, coincé ou écrasé par un objet ou de l’équipement, j’ai immédiatement pensé au concept de zone dangereuse. Pour être frappé, coincé ou écrasé de la sorte, il faut que notre corps, ou une partie de celui-ci, se situe dans la zone dangereuse de cet objet ou de cet équipement. Autrement dit, dans la trajectoire qu’il peut prendre si un événement imprévu survient. Si je me donne un coup de marteau sur le doigt en plantant un clou, c’est que mon marteau a dévié de la trajectoire prévue. Mon doigt était dans cette zone dangereuse où il était possible — et probable, dans mon cas — que je rate la tête du clou.

Quoi de neuf en sécurité des machines?

Source : Prévention au travail, 2020.
Les machines sont malheureusement à l’origine de nombreux accidents au Québec. En 2016, elles ont occasionné environ 2 500 lésions professionnelles, rapporte la CNESST. De ce nombre, près de 1 000 accidents ont lieu en moyenne chaque année lors de travaux sur des machines dont les énergies sont mal ou non contrôlées. L’IRSST a récemment publié deux rapports de recherche sur la sécurité des machines.

Using Machine Safety Risk Assessment for Alternative Methods to LOCKOUT/TAGOUT

Source : ASSP
Dans le but de mettre à jour la réglementation sur le verrouillage et l’étiquetage, l’Occupational Safety and Health Administration (OSHA) des États-Unis a mené une consultation auprès des parties prenantes en 2019. Le sujet de la consultation a été l’application de méthodes alternatives au cadenassage pour les dispositifs de type circuit de commande et la robotique tout en assurant la sécurité des travailleurs. Cet article décrit une méthodologie d’évaluation des risques qui peut être utilisée lorsque de méthodes alternatives au cadenassage sont mises en place pour protéger les travailleurs contre les énergies dangereuses.

Le risque machine, encore une réalité?

Source : Hygiène et sécurité au travail.
Depuis 1995, la réglementation européenne concernant la mise sur le marché des machines vise à assurer un haut niveau de sécurité par des règles techniques de conception. La directive machine a donc pour ambition de sécuriser les machines, avant leur utilisation, ce qui peut laisser espérer une baisse de la sinistralité depuis 25 ans. Or, sur le terrain, le réseau Assurance maladie – Risques professionnels observe toujours la présence de machines dangereuses et un taux significatif d’accidents du travail.

Checklist helps electricians assess whether to repair or replace electrical systems damaged from a natural disaster

Source : National Fire Protection Association (NFPA)
Lorsque les systèmes électriques sont endommagés par une catastrophe naturelle ou d’origine humaine, les électriciens doivent déterminer si l’équipement électrique peut être réparé. La National Fire Protection Association (NFPA) a élaboré une liste de contrôle, basée sur le chapitre 32 de la norme NFPA 70B-2019 Recommended Practice for Electrical Equipment Maintenance, qui facilite le processus de prise de décision. Téléchargement gratuit (formulaire à remplir)

Protection de la sécurité : la première ligne de défense

Source : Le Rapport sur la santé et la sécurité.
L’utilisation de machines au travail pose des risques pour les travailleurs. La protection de la sécurité, en tant que première ligne de défense, joue un rôle essentiel dans la prévention des blessures potentiellement graves causées par des machines. Sachez comment les mesures de protection peuvent assurer votre sécurité et réduire le risque de blessure.

Sécuriser les machines pour sécuriser les travailleurs

Source : Objectif prévention.
Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a entrepris un vaste projet pour uniformiser la SST lors de l’utilisation d’une machine. Dans chaque site, une équipe d’identification des risques se greffe à une personne désignée par le gestionnaire pour recenser les machines en usage et indiquer, le cas échéant, des mesures correctives à mettre en place. Cette démarche organisationnelle vise à sécuriser les travailleurs et à optimiser le travail.