Quality Assurance During a Global Pandemic: An Evaluation of Improvised Filter Materials for Healthcare Workers

Source : Journal of Occupational and Environmental Medicine.
Objectif : La prolifération des masques improvisés pendant la pandémie COVID-19 a soulevé des questions concernant l’efficacité et la sécurité des filtres. Nous avons cherché à comparer l’efficacité des matériaux filtrants improvisés couramment utilisés avec les normes industrielles N95. Méthodes : Six matériaux filtrants différents couramment utilisés dans la communauté ont été testés en utilisant des configurations à une ou plusieurs couches avec le testeur de filtres automatisé TSI 8130 conformément aux normes du National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) pour les respirateurs N95.

Microwave- and Heat-Based Decontamination of N95 Filtering Facepiece Respirators: A Systematic Review

Source : Journal of Hospital Infection.
Contexte Lors de pandémies telles que la COVID-19, les pénuries d’équipements de protection individuelle sont courantes. Une solution peut consister à décontaminer les équipements tels que les masques faciaux pour les réutiliser. Objectif Recueillir et synthétiser les informations existantes sur la décontamination des masques respiratoires filtrants N95 à l’aide de traitements par micro-ondes et par la chaleur, en accordant une attention particulière à l’impact sur le fonctionnement du masque (pénétration des aérosols, résistance à l’écoulement de l’air), l’ajustement et les caractéristiques physiques.

A scoping review of surgical masks and N95 filtering facepiece respirators: Learning from the past to guide the future of dentistry

Source : Safety Science.
Avec l’émergence en 2019 de la maladie à coronavirus 19 (appelée familièrement COVID-19), l’opinion publique s’inquiète à nouveau de la transmission des virus par voie aérienne et aérosol. Cette inquiétude s’est accompagnée de nombreux dialogues contradictoires sur les formes d’équipement de protection individuelle qui protègent le mieux les praticiens de soins dentaires et leurs patients contre l’exposition aux virus. Dans cette étude exhaustive, nous présentons une évaluation approfondie et critique des masques et des écrans faciaux, qui comptent parmi les protections personnelles les plus fréquemment recommandées contre l’infection virale. Nous commençons par décrire la fonction et l’aspect pratique des types de masques les plus couramment utilisés en dentisterie : masques de procédure, masques chirurgicaux et masques respiratoires filtrants (également appelés N95). Ensuite, nous procédons à une évaluation critique de l’utilisation des masques en nous basant sur un examen des données publiées dans trois domaines clés : le degré de protection de chaque type de masque contre les maladies transmises par l’air et les aérosols, la probabilité de non-conformité signalée chez les utilisateurs de masques et les facteurs de risque associés à une utilisation correcte et incorrecte des masques. Nous utilisons ces informations pour conclure notre examen par plusieurs recommandations pratiques, fondées sur des preuves, concernant l’utilisation des masques dans les cliniques dentaires et les centres de formation dentaire.

A scoping review of surgical masks and N95 filtering facepiece respirators: Learning from the past to guide the future of dentistry

Source : Safety Science.
Avec l’émergence en 2019 de la maladie à coronavirus 19 (appelée familièrement COVID-19), l’opinion publique s’inquiète à nouveau de la transmission des virus par voie aérienne et aérosol. Cette inquiétude s’est accompagnée de nombreux dialogues contradictoires sur les formes d’équipement de protection individuelle qui protègent le mieux les praticiens de soins dentaires et leurs patients contre l’exposition aux virus. Dans cette étude exhaustive, nous présentons une évaluation approfondie et critique des masques et des écrans faciaux, qui comptent parmi les protections personnelles les plus fréquemment recommandées contre l’infection virale. Nous commençons par décrire la fonction et l’aspect pratique des types de masques les plus couramment utilisés en dentisterie : masques de procédure, masques chirurgicaux et masques respiratoires filtrants (également appelés N95). Ensuite, nous procédons à une évaluation critique de l’utilisation des masques en nous basant sur un examen des données publiées dans trois domaines clés : le degré de protection de chaque type de masque contre les maladies transmises par l’air et les aérosols, la probabilité de non-conformité signalée chez les utilisateurs de masques et les facteurs de risque associés à une utilisation correcte et incorrecte des masques. Nous utilisons ces informations pour conclure notre examen par plusieurs recommandations pratiques, fondées sur des preuves, concernant l’utilisation des masques dans les cliniques dentaires et les centres de formation dentaire.

N95 Mask Reuse in a Major Urban Hospital – COVID-19 Response Process and Procedure

Source : Journal of Hospital Infection.
Contexte La pénurie de masques respiratoires N95 à usage unique (NRM) durant la pandémie de SRAS-CoV-2 a incité les fournisseurs et les établissements de soins de santé à envisager le recyclage des NRM afin d’étendre les stocks limités. Objectif Nous avons évalué la réutilisation potentielle par autoclavage des MNO portés quotidiennement dans un grand hôpital urbain canadien.

Stockpiled N95 respirator/surgical mask release beyond manufacturer-designated shelf-life: a French experience

Source : Journal of Hospital Infection.
Contexte Pour réduire la pénurie de respirateurs et de masques chirurgicaux N95 pendant la pandémie COVID-19, des équipements stockés au-delà de leur date d’expiration pourraient être mis en circulation. Objectif Le test centralisé des lots de masques chirurgicaux périmés et du N95 pour une distribution sûre aux services hospitaliers permet aux utilisateurs de gagner du temps.

Efficacy and Safety of Disinfectants for Decontamination of N95 and SN95 Filtering Facepiece Respirators: A Systematic Review

Source : Journal of Hospital Infection.
Contexte La décontamination et la réutilisation des masques respiratoires filtrants pour les travailleurs de la santé est une solution potentielle pour remédier à l’insuffisance de l’offre de masques respiratoires filtrants en cas de pandémie mondiale. Objectif L’objectif de cet examen était de synthétiser les données existantes sur l’efficacité et la sécurité de l’utilisation des désinfectants chimiques pour décontaminer les FFR N95. Méthodes Nous avons mené une étude systématique sur les désinfectants pour décontaminer les FFR N95 en utilisant Embase, Medline, Global Health, Google Scholar, le fil de l’OMS et MedRxiv. Deux examinateurs ont déterminé indépendamment l’admissibilité de l’étude et ont extrait des champs de données prédéfinis. Le rapport de recherche original sur la fonction des FFR N95, la décontamination, la sécurité ou l’ajustement des FFR après décontamination avec un désinfectant a été inclus.

Impact of Extended Use and Decontamination with Vaporized Hydrogen Peroxide on N95 Respirator Fit

Source : American Journal of Infection Control.
Contexte Pour remédier à la pénurie de respirateurs N95 à la suite de la pandémie COVID19, certaines organisations ont recommandé de décontaminer les respirateurs en utilisant un stérilisateur au peroxyde d’hydrogène vaporisé (VHP) jusqu’à 10 fois. Cependant, ces recommandations sont basées sur des études qui n’ont pas pris en compte l’utilisation prolongée des respirateurs, qui peut dégrader l’ajustement des respirateurs. Méthodes Nous avons étudié l’impact de l’utilisation prolongée et de la décontamination avec le VHP sur le N95 Respirator Fit. Nous avons réalisé une étude de cohorte prospective pour déterminer le nombre de fois où les respirateurs peuvent être décontaminés avant l’échec du test d’ajustement des respirateurs. Le principal résultat a été le nombre total de cycles nécessaires pour que la moitié des respirateurs tombent en panne (soit une panne mécanique, soit un échec au test d’ajustement).

Quadrupling the N95 Supply during the COVID-19 Crisis with an Innovative 3D-Printed Mask Adaptor

Source : Healthcare.
Le besoin en équipements de protection individuelle durant la pandémie COVID-19 dépasse de loin notre capacité à fabriquer et à distribuer ces fournitures aux hôpitaux. En particulier, la pénurie de masques médicaux N95 fait que les prestataires de soins de santé réutilisent les masques ou utilisent des masques dont les propriétés de filtration ne répondent pas aux normes médicales N95. Nous avons développé une solution pour une utilisation immédiate : un adaptateur de masque, équipé d’un quart de section d’un respirateur N95 qui maintient la norme d’étanchéité N95, quadruplant ainsi l’approvisionnement en N95. Différents modèles ont été imprimés en 3D et optimisés sur la base des critères suivants : efficacité de l’étanchéité, surface du filtre et multiplicité des respirateurs N95. La conception finale est réutilisable et comprend une base en silicone souple imprimée en 3D ainsi qu’une cartouche rigide imprimée en 3D pour assurer l’étanchéité d’un quart d’un masque N95 3M 1860. Notre masque a passé avec succès le test d’ajustement informatisé du N95 pour six personnes. Tous les fichiers sont accessibles au public avec cette publication. Notre conception peut apporter une aide immédiate aux professionnels de la santé qui ont un besoin urgent de masques médicaux N95 en multipliant par quatre l’offre actuelle.

COVID-19: Le respirateur en élastomère comme solution de rechange au N95

Source : Profession Santé
Le respirateur en élastomère s’avère une bonne solution de rechange pour protéger les travailleurs de la santé du coronavirus lorsque les masques N95 font défaut, selon un document rédigé par le Comité sur les infections nosocomiales du Québec de l’INSPQ dans lequel des recommandations sur l’utilisation et le nettoyage de ce masque sont édictées… Toutefois, ces respirateurs ne doivent pas être utilisés dans les situations où un champ stérile est requis, comme lors d’une procédure invasive, avertit l’INSPQ. «La valve d’expiration permet à l’air non filtré d’être expiré par le porteur, air potentiellement contaminé par des microbes et pouvant contaminer le champ stérile», indique-t-il. Pour cette même raison, les respirateurs en élastomère ne protègent pas les usagers d’un travailleur de la santé infecté.