Three-Dimensional (3D) Printing: Implications for Risk Assessment and Management in Occupational Settings

Source : Annals of Work Exposures and Health.
L’application généralisée des technologies de fabrication additive (AM), communément appelées impression tridimensionnelle (3D), dans les secteurs de l’industrie et des entreprises à domicile, et l’augmentation prévue du nombre de travailleurs et de consommateurs qui utilisent ces dispositifs, ont suscité des inquiétudes quant aux éventuelles conséquences sur la santé des émissions de l’impression 3D. Afin d’éclairer les processus d’évaluation et de gestion des risques, la présente étude évalue les données disponibles concernant l’évaluation de l’exposition sur les lieux de travail AM et les effets possibles des émissions de l’impression 3D sur les humains, identifiés par des modèles in vivo et in vitro, afin d’éclairer les processus d’évaluation et de gestion des risques. La littérature évaluée par des pairs a été identifiée dans les bases de données Pubmed, Scopus et ISI Web of Science. La littérature a démontré qu’une fraction importante des particules libérées lors de l’impression 3D pouvait se situer dans la gamme des tailles ultrafines. En fonction de la composition du matériau additif, des niveaux accrus de métaux et de composés organiques volatils ont pu être détectés pendant les opérations d’AM, par rapport aux niveaux de fond. Les phases AM, les tâches spécifiques effectuées et les mesures préventives adoptées peuvent toutes avoir une incidence sur les niveaux d’exposition. En ce qui concerne les effets possibles sur la santé, les émissions des imprimantes ont d’abord été signalées comme affectant le système respiratoire des travailleurs concernés. Le nombre limité d’études sur le lieu de travail, ainsi que la grande variété de techniques AM et de matériaux additifs utilisés, limitent la généralisation des caractéristiques d’exposition. C’est pourquoi il convient de concentrer davantage d’efforts scientifiques sur la compréhension des sources, de l’ampleur et des effets possibles sur la santé des expositions afin de mettre au point des processus appropriés pour l’évaluation et la gestion des risques professionnels des technologies AM.

Working safely with nanomaterials: CPWR publishes new resources

Source : Safety & Health.
Silver Spring, MD – Afin de protéger les travailleurs qui manipulent des produits contenant des nanomatériaux, le CPWR (Center for Construction Research and Training) a publié une paire de boîtes à outils et une infographie.

Nanomatériaux : définition, identification et caractérisation des matériaux et des expositions professionnelles associées

Source : Hygiène et sécurité au travail.
Nanomaterials are now found in a wide range of work environments. Manufactured, they are used in many industrial applications. As by-products of certain thermal and mechanical processes, they make up the very diverse family of ultrafine particles. Regardless of their origins, nanomaterials can have potential toxic effects on workers in the short or long term. This dossier, which does not deal with health effects (see INRS brochure ED 6050), aims to take stock of the issue of the definition of nanomaterials and the methodologies to be implemented to characterize and identify them, in order to build a better prevention of associated risks. Several campaigns to measure exposure to nanomaterials, carried out during different industrial activities, are then presented, highlighting the need to adapt prevention measures to the processes and nanomaterials implemented or emitted. Based on the analysis of this work, a reflection on the need to establish occupational exposure limit values (OELVs) specific to nanomaterials in France is proposed.

Nanomatériaux : définition, identification et caractérisation des matériaux et des expositions professionnelles associées (Dossier)

Source : Hygiène et sécurité du travail.
Les nanomatériaux se retrouvent désormais dans de très nombreux environnements de travail. Manufacturés, ils sont utilisés dans de multiples applications industrielles. Sous-produits issus de certains procédés thermiques et mécaniques, ils constituent la famille, très diverse, des particules ultrafines. Quelles que soient leurs origines, les nanomatériaux peuvent présenter de potentiels effets toxiques pour les travailleurs, à court ou à long terme. Ce dossier, qui n’aborde pas les effets sur la santé (voir brochure INRS ED 6050), a pour objectifs de faire un point sur la question de la définition des nanomatériaux et des méthodologies à mettre en oeuvre pour les caractériser et les repérer, afin de bâtir une meilleure prévention des risques associés.

Infographie sur les nanomatériaux

Source : CCHST.
La nanotechnologie est un domaine qui évolue rapidement sur le plan de son utilisation et de notre compréhension de celle-ci. La meilleure approche reste l’application du principe de précaution – la prise des mesures prudentes en présence d’un risque potentiellement grave, sans attendre la réalisation d’autres travaux de recherche scientifique.

De la production au traitement des déchets de nanomatériaux manufacturés – Brochure – INRS

Source : INRS Santé et sécurité au travailINRS
De multiples secteurs d’activités – qu’ils soient fabricant, formulateur, transformateur ou utilisateur de nanomatériaux manufacturés – tels que la santé, le transport, la construction, l’emballage, le textile [etc.] sont concernés par la production de nanodéchets.

Current state of knowledge on the health effects of engineered nanomaterials in workers: a systematic review of human studies and epidemiological investigations

Source : Scandinavian Journal of Work, Environment & Health.
L’application généralisée des produits nanotechnologiques et la probabilité croissante d’exposition en milieu de travail font de la compréhension des effets de ces matériaux chez les travailleurs exposés une priorité de santé publique et professionnelle. Cette revue systématique vise à faire le point sur l’état actuel des connaissances sur les effets nocifs possibles induits par les ENM chez les humains afin de déterminer le profil toxicologique de chaque type d’ENM et les biomarqueurs potentiels pour la détection précoce de ces effets chez les travailleurs.

Lignes directrices de l’OMS pour la protection des travailleurs contre les risques potentiels des nanomatériaux manufacturés

Source : IRSST
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis en place un groupe de travail dans le but d’élaborer des lignes directrices qui s’expriment sous forme de recommandations visant à protéger les travailleurs contre les risques potentiels des nanomatériaux manufacturés (NMM) pour la santé. Ces lignes directrices s’appuient sur une série de revues systématiques de la littérature effectuées par des équipes de recherche affiliées à différents centres internationaux.

Nanomatériaux manufacturés : expositions professionnelles et effets potentiels sur la santé

Ce webinaire diffusé le 15 novembre 2018 propose des éclairages sur les nanomatériaux manufacturés. La première partie, animée par Olivier Witschger, chercheur en métrologie des aérosols, aborde la question des expositions professionnelles. La seconde, animée par Stéphane Malard, médecin du travail à l’INRS, traite des effets des effets des nanomatériaux manufacturés sur la santé humaine.