Transmission of infection from non-isolated patients with COVID-19 to health care workers

Source : Journal of Hospital Infection.
Les travailleurs de la santé insuffisamment protégés (HCW), définis comme des contacts à haut risque des patients atteints de COVID-19, sont systématiquement mis en quarantaine. Cette étude a évalué la transmission de l’infection d’un patient symptomatique atteint de COVID-19 à 60 travailleurs de la santé exposés à ≤2 m pendant ≥15 minutes, ou lors de procédures générant des aérosols. Suite aux contacts à haut risque uniques de ≥106, aucun des travailleurs de la santé n’a été testé positif pour l’ARN du SRAS-CoV-2 ou n’a développé d’anticorps. Les travailleurs sociaux ont déclaré avoir respecté les procédures de base de contrôle des infections. Ces résultats sont conformes à d’autres rapports et devraient rassurer les travailleurs de santé et stimuler une évaluation plus large des fondements de la pratique actuelle de quarantaine à domicile des travailleurs de santé non symptomatiques.

Nosocomial Coronavirus Disease 2019 (COVID-19): Experience from a large Acute NHS Trust in South-West London

Source : Journal of Hospital Infection.
La transmission de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) dans les établissements de santé a des implications importantes pour les patients et les travailleurs de la santé, peut amplifier les épidémies locales et faire peser une charge supplémentaire sur des ressources déjà sollicitées. Le risque de diagnostic manqué ou tardif de la COVID-19 était élevé pendant la phase initiale de confinement au Royaume-Uni, en raison des critères stricts de dépistage. Le risque demeure en raison de la transmission asymptomatique/pré-symptomatique, compliquée par les difficultés rencontrées pour les tests de laboratoire. Nous présentons une étude de cas sur la transmission nosocomiale potentielle associée au premier cas de COVID-19 dans un grand centre de soins intensifs du NHS Trust dans le sud-ouest de Londres et décrivons le fardeau actuel des infections nosocomiales.

Nosocomial COVID-19 infection: examining the risk of mortality. The COPE-Nosocomial study (COVID in Older PEople).

Source : Journal of Hospital Infection.
Introduction Les admissions à l’hôpital pour des pathologies non liées à la COVID-19 ont considérablement diminué. On pense que cela peut être dû à l’anxiété du public face à l’acquisition d’une infection COVID-19 à l’hôpital et au risque de mortalité qui en découle. Il est urgent de clarifier la situation des patients qui contractent une infection COVID-19 à l’hôpital (infection nosocomiale COVID-19 [NC]), leur risque de mortalité, par rapport à ceux qui ont contracté une infection COVID-19 (CAC) dans la communauté.

Integrated infection control strategy to minimize nosocomial infection of corona virus disease 2019 among ENT healthcare workers

Source : Journal of Hospital Infection.
Les patients présentant des symptômes de COVID-19 peuvent se présenter aux départements d’Oto-rhino-laryngologie (ORL). En outre, les procédures diagnostiques et thérapeutiques dans les services d’ORL impliquent un contact direct avec la muqueuse des voies respiratoires supérieures des patients et/ou incitent les patients à tousser ou à éternuer. Cela représente un risque particulièrement élevé. Afin de protéger les travailleurs de la santé et les patients non infectés contre les patients potentiellement atteints de COVID-19, des mesures de contrôle des infections ont été mises en place dans le service d’ORL du West China Hospital (WCH). Nous résumons nos expériences, qui, nous l’espérons, pourraient aider d’autres unités d’ORL à formuler leurs propres plans de contrôle des infections pour prévenir la transmission nosocomiale de COVID-19.

Developing Tailored Infection-Control Practices and More Accurate HAI Outcome Measures

Source : Agency for healthcare research and quality
Les hôpitaux ont fait beaucoup de chemin en utilisant systématiquement des interventions fondées sur des données probantes et des protocoles groupés pour combattre les infections dangereuses et coûteuses résistantes aux antibiotiques. Cependant, les organismes qui causent ces infections associées aux soins de santé (IASS) se comportent souvent de façon différente, ce qui rend un protocole potentiellement plus efficace pour un organisme, mais moins pour un autre. En comprenant quel protocole est le plus efficace pour une bactérie résistante aux antibiotiques et quel protocole est le plus efficace pour chaque IHA, les hôpitaux peuvent adapter leurs pratiques de contrôle des infections de la manière la plus sûre et la plus rentable. Les travaux du chercheur Anthony Harris, M.D., M.P.H., financé par l’AHRQ, ont permis de faire la lumière sur cette distinction essentielle.

The dynamic fomite transmission of Methicillin-resistant Staphylococcus aureus in hospitals and the possible improved intervention methods

Source : Building and Environment.
Le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) acquis à l’hôpital est un problème de santé important dans le monde entier. Le nettoyage des surfaces et les surfaces antimicrobiennes pourraient être des mesures de contrôle du SARM potentiellement importantes, de concert avec l’hygiène des mains, et d’autres explorations sont nécessaires sur la façon de les appliquer efficacement. Cette étude a modélisé la transmission du SARM parmi les fomites dans un service de médecine générale et a exploré comment mettre en œuvre efficacement des mesures de contrôle du SARM dans les hôpitaux. Quelques points saillants : le nettoyage fréquent des surfaces et les surfaces antimicrobiennes ont eu des effets plus importants sur l’exposition au SARM lorsqu’ils ont été appliqués sur les surfaces autour de l’index et des patients adjacents et sur les surfaces publiques de l’unité que lorsqu’ils ont été appliqués sur les surfaces autour des autres patients sensibles de l’unité.

Keeping Clean in the Reading Room: An Initiative to Improve Workstation Hygiene

Source : Journal of the American College of Radiology.
Les infections nosocomiales sont reconnues depuis longtemps comme un facteur contribuant à la morbidité et à la mortalité hospitalières ainsi qu’aux coûts globaux des soins de santé, l’adoption subséquente de pratiques d’hygiène des mains et de nettoyage étant la principale défense contre la propagation de l’infection dans les hôpitaux. Traditionnellement, ces initiatives se sont concentrées sur les secteurs où la circulation et les contacts avec les patients sont fréquents, comme les services d’urgence, les étages des patients qui séjournent aux soins ou les unités de soins intensifs. Cependant, avec l’avènement des technologies modernes et portables et l’omniprésence des systèmes informatiques dans les hôpitaux, les zones à faible circulation, comme le service de radiologie, attirent de plus en plus l’attention en raison de leur possible rôle dans l’infection nosocomiale.

Which Flexible Scopes Really Need Sterilization?

Source : General Surgery News
En 2013, un hôpital de l’Illinois a vu une série de patients présentant une forme rare d’E. coli produisant la New Delhi metallo-bêta-lactamase (NDM), souvent résistante aux antibiotiques. Les chercheurs se sont rendu compte que plusieurs des patients initiaux avaient subi une cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE). Lorsque les chercheurs ont prélevé un échantillon d’un duodénoscope retraité, il s’est avéré positif pour E. coli producteur de NDM. À la suite de cette éclosion, l’hôpital a changé sa procédure de retraitement des duodénoscopes, passant de la désinfection de haut niveau à la stérilisation. La FDA a suggéré de stériliser ces endoscopes si possible et d’adopter d’autres pratiques complémentaires. Cet article examine plus en détail ces recommandations et présente une nouvelle proposition du Dr Lawrence Muscarella, afin de guider les établissements qui ont conclu que la stérilisation, du moins de certains types d’endoscopes flexibles, n’est ni faisable ni pratique.

Approaches to the detection of Clostridioides difficile in the healthcare environment

Source : Journal of Hospital Infection.
C. difficile, un bacille sporulant, est une cause majeure d’infection associée aux soins de santé et peut survivre pendant de longues périodes dans l’environnement inanimé. L’échantillonnage environnemental pour détecter C. difficile n’est pas systématique, mais peut être entrepris dans le cadre de la gestion des éclosions et des projets de recherche. Nous avons effectué une recherche documentaire entre 1980 et 2018 pour examiner les méthodes de détection de ce pathogène dans l’environnement.

How to carry out microbiological sampling of healthcare environment surfaces? A review of current evidence

Source : Journal of Hospital Infection.
Il est de plus en plus démontré que l’environnement de surface de l’hôpital contribue à la propagation des agents pathogènes. Toutefois, les données probantes sur la meilleure façon d’échantillonner ces surfaces sont inégales et il n’y a pas de lignes directrices ou de législation en place sur la façon de procéder. Le but de cet examen était d’évaluer la documentation actuelle sur les méthodes d’échantillonnage de surface, y compris les dispositifs utilisés, les méthodes de traitement et les facteurs environnementaux et biologiques qui pourraient influencer les résultats.