Integrated care for older people (ICOPE): Guidance for person-centred assessment and pathways in primary care

Source : Organisation mondiale de la santé
Cet ouvrage vise à soutenir l’implantation des recommandations énoncées dans les Directives du SIPA (Soins intégrés pour les personnes âgées de l’OMS). Entre autres choses, ce document décrit en détail les continuums de soins pouvant être utilisés pour prendre en charge la baisse des capacités intrinsèques (perte de mobilité, malnutrition, déficience visuelle, perte auditive, déclin cognitif, symptômes dépressifs, etc.) et afin d’élaborer un plan de soins personnalisé.
Brochure en français (2 pages)

Prevalence of workplace violence against healthcare workers: a systematic review and meta-analysis

Source : Occupational and Environmental Medicine.
Cette étude visait à synthétiser quantitativement les données épidémiologiques disponibles sur les taux de prévalence de la violence au travail (VLT) par les patients et les visiteurs contre le personnel de santé.

De-escalation in health care

Source : Quick Safety.
Ce numéro de “Quick Safety” présente des modèles de désescalade et des interventions pour la prise en charge des patients agressifs et agités aux urgences et en milieu hospitalier. Il existe de nombreuses techniques de désescalade différentes ; ce numéro vise à orienter les professionnels de la santé vers des ressources pour obtenir plus d’information et de formation.

Behavioural Supports Ontario (BSO): Review of Qualitative Stories

Source : Behavioural Supports Ontario
L’initiative Behavioural Supports Ontario (Soutien en cas de troubles du comportement en Ontario) a été créée afin de répondre aux besoins des adultes âgés avec des comportements associés à la démence ou à d’autres types de problèmes neurologiques. Ce document, disponible sur le site de l’Université Ryerson, présente les résultats d’une analyse de 253 rapports qualitatifs faisant état des résultats et de la pertinence de Behavioural Supports Ontario. En somme, les auteurs formulent trois recommandations : s’assurer que les soins centrés sur la personne soient au cœur de l’initiative, renforcer les données probantes et faire progresser la mobilisation des connaissances.

Percevoir et interpréter à travers le prisme de l’attachement

Source : Objectif prévention.
Quand on pense prévention, on a tendance à penser « équipements sécuritaires et performants ». Au-delà des équipements se trouve une composante qui, de notre avis, est encore plus déterminante, à savoir l’état d’esprit du travailleur. Cet article illustre l’importance de l’état d’esprit des intervenants face aux comportements des enfants. Il expose aussi l’apport de la théorie de l’attachement dans la compréhension de ces mêmes comportements.

La vulnérabilité partagée dans la prise en charge des TGC

Source : Objectif prévention.
Au sein des unités de soins intensifs et d’accueil d’urgence de pédopsychiatrie, les soignants sont parfois confrontés à des patients avec trouble du spectre autistique (TSA) et déficience intellectuelle (DI), qui présentent des troubles graves du comportement (TGC). Les blessures associées à l’intensité des automutilations ou de l’hétéro-agressivité sont problématiques pour les patients, les familles et les professionnels. Les complications sont nombreuses et le recours à des mesures restrictives de liberté est fréquent, alors qu’il faudrait pouvoir les limiter.

Violence Prevention Begins With Culture of Respect

Source : Hospital Employee Health.
Lorsqu’un chirurgien a été tué par balle par un patient dans un hôpital voisin en 2015, les cliniciens de l’University of Massachusetts Memorial Health Care de Worcester ont révisé son programme complet de prévention de la violence. En plus d’examiner et de mettre à jour les politiques et procédures sur la violence au travail et de créer une équipe interdisciplinaire d’intervention rapide, UMass a adopté des normes de respect pour assurer une culture plus respectueuse au sein du personnel lui-même.

TPAAS : équiper et former pour accompagner

Source : Objectif prévention.
Sur une unité psychiatrique, un client vit une intense crise émotionnelle. Les intervenants tentent de le pacifier sans succès. L’homme refuse de coopérer. Parce que la situation comporte des risques pour sa sécurité et celle des autres, une intervention physique devient nécessaire. L’équipe soignante s’entend pour conduire le client en salle d’isolement. Comment procéder de manière digne et sécuritaire pour tous ?

Is violence against long-term care staff becoming more “normalized”?

Source : Canadian Nursing Home.
Les préposés aux bénéficiaires et les infirmières auxiliaires dans les établissements de soins de longue durée subissent régulièrement de la violence physique, verbale et sexuelle de la part des pensionnaires. Dans une récente étude en Ontario, ces personnes ont identifié des causes immédiates de la violence (peur, confusion et agitation des résidents) et des causes sous-jacentes (organisation du travail axée sur les tâches, manque de personnel, placement inapproprié des résidents et manque de temps pour les soins relationnels). Elles ont décrit les effets de la violence sur leur propre santé et bien-être, ainsi que les obstacles à la prévention de la violence.

Workplace Violence: How Outside Problems Affect the Workplace

Source : Professional Safety.
Cet article révèle l’ampleur de la violence sur les lieux de travail aux États-Unis, un phénomène qui touche notamment les femmes. L’auteur aborde différents milieux, dont la particularité des violences dans le milieu de la santé. Parmi ses conseils : reconnaitre les différents types de violence, aménager les lieux de façon sécuritaire, et porter attention aux signes de violence conjugale, afin de répondre adéquatement aux menaces.