The prevalence of MSDs and the associated risk factors in nurses of China

Source : International Journal of Industrial Ergonomics.
Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont l’un des problèmes de santé les plus graves auxquels sont confrontées les infirmières du monde entier, mais peu d’études ont évalué la prévalence des TMS ainsi que les facteurs de risque associés chez des infirmières représentant plusieurs régions de Chine. Par conséquent, la présente étude transversale a porté sur 645 infirmières diplômées de quatre régions de Chine, à l’aide d’une enquête musculo-squelettique préalablement validée. L’enquête comprend des questions visant à comprendre et à identifier les caractéristiques individuelles des infirmières, les facteurs de risque biomécaniques et psychosociaux associés aux TMS. La prévalence globale des TMS sur 12 mois était de 84,2 %, les plus fréquents étant le bas du dos (73,5 %), le cou (73,2 %) et les épaules (66,2 %). Une régression logistique incluant tous les facteurs de risque a été effectuée pour les TMS sur chaque site corporel. Parmi les facteurs individuels, les heures de travail hebdomadaires, le sexe, l’IMC, l’âge et la consommation d’alcool affectaient de manière significative les rapports de cotes des TMS. Les facteurs de risque biomécaniques les plus influents identifiés étaient les caractéristiques cumulatives du stress, telles que le temps passé dans une posture contraignante, le temps de manutention manuelle et la posture accroupie soutenue. Les facteurs de risque psychosociaux statistiquement significatifs comprenaient le soutien des superviseurs et/ou des collègues, le contrôle et les exigences du travail, la dotation en personnel infirmier et la fourniture de dispositifs médicaux. La prévalence des TMS chez les infirmières chinoises dans l’étude actuelle était élevée par rapport aux études précédentes. Les expositions à des contraintes physiques cumulatives semblaient augmenter le risque de TMS et le développement de directives associées sur ces expositions cumulatives est mérité. Un personnel infirmier suffisant, un équipement médical adéquat et suffisant doivent être fournis pour réduire le risque de TMS.

Pour une meilleure prise en charge des blessés à l’épaule

Source : Prévention au travail.
Les blessures à l’épaule, qui restent courantes chez les travailleurs, représentent 8 % des réclamations à la CNESST. C’est pour faciliter le diagnostic, la prise en charge et le retour au travail qu’un guide de pratique clinique sur les lésions professionnelles de la coiffe des rotateurs de l’épaule a été conçu.

Differential effectiveness of the Minnesota Safe Patient Handling Act by health care setting: An exploratory study

Source : American Journal of Industrial Medicine.
La loi du Minnesota sur la sécurité de la manutention des patients (MN SPH) exige que les établissements de soins de santé mettent en œuvre des programmes complets pour protéger leurs travailleurs contre les lésions musculo-squelettiques causées par le soulèvement et le transfert des patients. Les maisons de retraite, les hôpitaux et les établissements de soins ambulatoires sont tous confrontés à des défis uniques dans la mise en œuvre et le maintien des programmes SPH. L’objectif de l’étude était de comparer les blessures liées à la manipulation des patients dans ces trois établissements de soins de santé et de déterminer si l’évolution du taux de blessures au fil du temps différait selon l’établissement après la promulgation de la loi.

Troubles musculo-squelettiques: association avec les facteurs de risques psychosociaux au travail : revue de littérature

Source : European Agency for Safety and Health at Work
Traditionnellement, les efforts visant à réduire le risque de troubles musculo-squelettiques (TMS) sur le lieu de travail étaient axés sur les facteurs physiques liés au travail. Toutefois, il existe un lien important entre TMS et facteurs psychosociaux (charge de travail excessive ou manque de soutien, par exemple). Les risques psychosociaux peuvent contribuer aux TMS et les aggraver, ceux-ci pouvant être associés à des facteurs psychosociaux. Dans le cadre de l’actuelle campagne «Lieux de travail sains», cette analyse documentaire permet opportunément d’examiner les données probantes concernant l’association entre facteurs de risques psychosociaux et TMS. Elle fournit des recommandations en matière d’approches efficaces visant à prévenir les TMS et décrit comment les employeurs peuvent faciliter la réadaptation et le retour au travail des travailleurs qui se remettent de TMS.