Need for recovery in relation to effort from work and health in four occupations

Source : International Archives of Occupational and Environmental Health.
Le but de cette étude était d’examiner trois niveaux de besoin de récupération après le travail par rapport à l’effort lié aux exigences du travail, aux stratégies de compensation de la demande, aux ressources de modération ou d’inversion de l’effort et à la santé, y compris les comportements de santé. Un autre objectif était d’examiner les caractéristiques professionnelles qui déterminent le besoin de récupération chez les ingénieurs, les charpentiers, les infirmières et les infirmières en soins à domicile.

Research: People Want Their Employers to Talk About Mental Health

Source : Harvard Business Review.
Malgré le fait que plus de 200 millions de journées de travail sont perdues chaque année en raison de problèmes de santé mentale (16,8 milliards de dollars en productivité des employés), la santé mentale demeure un sujet tabou. En fait, près de 60 % des employés n’ont jamais parlé de leur état de santé mentale à qui que ce soit au travail. Pour comprendre pourquoi, Mind Share Partners, SAP et Qualtrics ont mené une étude sur la prévalence des problèmes de santé mentale et de la stigmatisation dans les milieux de travail américains. L’étude a porté sur tout le spectre, de la santé mentale à 100 % à la déficience chronique et grave.

Votre travail est-il émotionnellement exigeant?

Source : Objectif prévention.
Cet article porte sur le concept de travail émotionnellement exigeant (TÉE), encore assez peu utilisé tant en recherche que dans les milieux de pratique. Pourtant, le TÉE correspond à une réalité décrite très fréquemment par les travailleurs que nous avons rencontrés dans le cadre d’études réalisées en centres jeunesse1-2 et en CHSLD au cours des dernières années.

Quand le mammouth entre au travail !

Source : Objectif prévention.
Une conférencière qui réussit à nous divertir et nous détendre en parlant de stress, voilà une belle finale pour un colloque ! Avec humour, Marie-France Marin, chercheuse au Centre de recherche de l’Institut universitaire de santé mentale de Montréal et professeure au département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal, a présenté des facteurs environnementaux, individuels et sociaux pouvant mener à un stress accru au travail.

Affaiblissement des facultés

Source : Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail
Plusieurs facteurs peuvent expliquer un affaiblissement des facultés, comme la fatigue, les stress de la vie, la consommation de médicaments ou de drogues ou la consommation d’alcool. Un tel affaiblissement peut influer sur le comportement et la capacité d’exécuter les tâches en toute sécurité. Pour réduire cet impact, les milieux de travail devraient mettre en place des mécanismes appropriés, fournir des directives claires à toutes les parties et appliquer les politiques et les programmes de façon équitable et uniforme.

Destress 9-1-1—an online mindfulness-based intervention in reducing stress among emergency medical dispatchers: a randomised controlled trial

Source : Occupational and Environmental Medicine.
Les répartiteurs aux urgences médicales subissent un stress important sur leur lieu de travail. Cependant, les interventions visant à réduire le stress lié au travail sont difficiles à mettre en œuvre en raison des défis logistiques associés à cet environnement de travail relativement unique. Cette enquête a testé l’efficacité d’une intervention en ligne de sept semaines basée sur la pleine conscience, adaptée à ce personnel.

Overloaded and stressed: A case study of women working in the health care sector

Source : Journal of Occupational Health Psychology.
Dans le cadre de cet examen approfondi, on a demandé aux travailleuses hospitalières surchargées de décrire ce qui rend les situations de surcharge de rôles potentiellement stressantes, afin de mieux comprendre comment la surcharge de rôles est évaluée. Une taxonomie énumérant 12 propriétés de la situation de surcharge de rôles a été élaborée à partir des résultats, fournissant ainsi la première classification connue des propriétés de la situation de surcharge de rôles qui peuvent créer un potentiel de stress. Les résultats révèlent également des indices sur les raisons pour lesquelles certaines personnes sont plus stressées que d’autres pendant la surcharge de rôles, améliorent notre compréhension de la relation entre la surcharge de rôles et le stress ressenti, et fournissent un outil utile pour examiner l’environnement de la surcharge de rôles.

What to do and what works? Exploring how work groups cope with understaffing

Source : Journal of Occupational Health Psychology.
Malgré les preuves que le manque de personnel est un facteur de stress relativement répandu et conséquent, la recherche n’a pas encore exploré comment les groupes de travail font face à ce facteur de stress et l’efficacité de leurs stratégies d’adaptation pour atténuer le mauvais rendement et l’épuisement du groupe. La présente étude examine ces questions en explorant à la fois les effets médiateurs et modérateurs potentiels de l’adaptation à l’aide d’un échantillon de 96 groupes de travail de quatre organisations technologiques.

Prendre soin des travailleurs de la santé

Source : Commission de la santé mentale du Canada
La probabilité de s’absenter du travail pour cause de maladie ou d’invalidité est une fois et demie plus élevée chez les travailleurs de la santé que chez les personnes travaillant dans d’autres secteurs. Ces travailleurs sont également plus à risque de souffrir d’épuisement professionnel, d’usure de compassion et de privation de sommeil, autant de troubles susceptibles de nuire à leur santé et à leur sécurité psychologiques, ainsi qu’à la sécurité des patients. Conçu pour les organismes de soins de santé qui cherchent à mettre en oeuvre la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail, le nouvel outil Prendre soin des travailleurs de la santé tient compte des possibilités et des risques particuliers du secteur des soins de santé.

Prendre soin de la communauté paramédic

Source : Commission de la santé mentale du Canada
Le risque d’éprouver des troubles mentaux est plus élevé chez les travailleurs paramédicaux que chez les autres membres du personnel de la sécurité publique, qui, collectivement, sont déjà quatre fois plus susceptibles de recevoir un diagnostic de trouble mental que la population générale. La ressource Prendre soin de la communauté paramédic aide les organisations à mettre en oeuvre la Norme nationale sur la santé et la sécurité psychologiques dans les organismes de services paramédics, qui a été publiée en mai 2018. Élaborée à la demande de l’Association des paramédics du Canada, la norme propose une orientation propre au secteur pour créer et maintenir un milieu de travail sain et sûr sur le plan psychologique.