Prevalence and Recent Trends in Exposure to Night Shiftwork in Canada

Source : Annals of Work Exposures and Health.
Le travail de nuit a été lié à divers problèmes de santé. Savoir où et dans quelle mesure les travailleurs sont exposés à ce type de travail posté peut aider à établir des priorités d’intervention et à approfondir les études. Cette étude décrit les récentes estimations de l’exposition au travail de nuit au Canada pour 2011, ainsi que les tendances temporelles de 1997 à 2010.

Global and regional burden of disease and injury in 2016 arising from occupational exposures: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2016

Source : Occupational and Environmental Medicine.
Cette étude donne un aperçu de l’influence des facteurs de risque professionnels sur la charge mondiale de morbidité, telle qu’elle est estimée par la composante professionnelle de l’étude Global Burden of Disease (GBD) 2016.

Sharps Injuries: Emotional, Statistical Challenges

Source : Hospital Employee Health.
Le fardeau émotionnel des blessures par piqûres d’aiguilles et par objets tranchants pour les travailleurs de la santé est souvent éclipsé par les chiffres et les analyses statistiques. L’étude en cours sur les blessures et les expositions aux objets tranchants et piquants chez les travailleurs de la santé est soutenue par l’Association of Occupational Health Professionals in Healthcare.

Portrait des troubles musculo-squelettiques d’origine non traumatique liés au travail : résultats de l’Enquête québécoise sur la santé de la population, 2014-2015

Source : INSPQ
Ce portrait de santé au travail des hommes et des femmes en emploi au Québec est basé sur les données de l’Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP) 2014-2015.

Inégalités de santé au travail entre les salariés visés et ceux non visés par les mesures préventives prévues par la Loi sur la santé et la sécurité du travail

Source : INSPQ
Trois travailleurs québécois salariés sur quatre n’ont pas accès à certains mécanismes de prévention prévus par la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST). Chez les femmes, 85 % n’y ont pas accès. Ces salariés oeuvrent dans les groupes de secteurs 4, 5, 6 non priorisés par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) quant à l’application de mesures de prévention.

Lésions indemnisées par la CNESST : portrait 2017

Source : Objectif prévention.
En 2017, la CNESST a accepté et indemnisé 14 198 événements dans le secteur de la santé et des services sociaux. Ces événements ont généré un total de 1 144 649 jours d’absence indemnisés. En d’autres mots, cela représente l’équivalent de 3136 travailleurs absents chaque jour de l’année ! Chaque accident a entraîné une moyenne de 81 jours d’absence.

Repérage de l’asthme lors du suivi individuel de l’état de santé au travail

Source : Références en santé au travail.
Une étude épidémiologique multicentrique a été menée dans le but d’acquérir des connaissances cliniques et épidémiologiques sur les asthmes en relation avec le travail. La mobilisation des services de santé au travail a permis de collecter environ 4 000 questionnaires de repérage d’un asthme actif potentiel : 13 % de ces salariés, lors du suivi individuel de l’état de santé au travail, se déclarent asthmatiques avec un diagnostic confirmé par un médecin. Parmi eux, 76 % ont eu des symptômes respiratoires dans les 12 derniers mois. L’asthme a débuté à l’âge adulte pour un tiers d’entre eux. Parmi les salariés ne rapportant pas l’existence d’un asthme, plus d’un tiers signale des symptômes évoquant un asthme actif. Parmi ces derniers, 61 % rapportent au moins un symptôme au poste de travail et 42 % une amélioration des symptômes en dehors du travail.

Description par type de cancer des situations professionnelles à risque : synthèse des données du réseau rnv3p

Source : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail
L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) et le RNV3P (Réseau National de Vigilance et de Prévention des Pathologies Professionnelles) mettent en ligne un rapport identifiant les situations professionnelles à risque pour plusieurs types de cancers. Sont abordés les cancers broncho-pulmonaires, les cancers urothéliaux, les hémopathies lymphoïdes matures, les leucémies myéloïdes, le cancer du larynx, le cancer des fosses nasales et des sinus, le cancer du rein, les cancers primitifs de la peau non mélanocytaires, les cancers du système nerveux central, le cancer colorectal et le cancer du sein.

Nurse Suicides Finally Coming to Light

Source : Hospital Employee Health.
Surmontant le manque historique de données sur une question critique, les auteurs d’une nouvelle étude ont rapporté que les infirmières sont plus à risque de suicide que la population générale. Les chercheurs ont signalé que les taux de suicide chez les infirmières aux États-Unis étaient considérablement plus élevés que chez les femmes en général, avec un taux de 11,9 pour 100 000 infirmières, comparativement à 7,5 suicides pour 100 000 femmes dans la population. Le taux de suicide chez les infirmiers est encore plus élevé, soit 39,8 pour 100 000, comparativement à 28,2 pour 100 000 hommes en général.