“I don’t have any emotions”: An ethnography of emotional labour and feeling rules in the emergency department

Source : Journal of Advanced Nursing.
Cette étude a pour but d’appliquer la théorie du travail émotionnel de Hochschild aux soins d’urgence et de découvrir les règles de sentiments spécifiques à la spécialité qui sous-tendent ce travail. Malgré l’importance du bien-être des infirmières, le travail émotionnel des infirmières (qui a une grande influence sur le bien-être) reste négligé.

Work-related factors, cognitive skills, unsafe behavior and safety incident involvement among emergency medical services crew members: relationships and indirect effects

Source : International journal of occupational safety and ergonomics: JOSE.
Cette étude examine les relations entre les facteurs liés au travail – le stress et la fatigue, les compétences cognitives – la conscience de la situation et la flexibilité cognitive, les comportements dangereux et l’implication dans des incidents de sécurité parmi les membres d’équipage des services médicaux d’urgence (EMS), et si les compétences cognitives et les comportements dangereux ont ensemble un effet indirect sur la relation entre les facteurs liés au travail et l’implication dans des incidents de sécurité.

Implementation of the ‘TAKE STOCK’ Hot Debrief Tool in the ED: a quality improvement project

Source : Emergency Medicine Journal.
Le débriefing à chaud (HoD) décrit une discussion structurée en équipe qui peut être lancée à la suite d’un événement important. Les avantages peuvent comprendre l’amélioration du travail d’équipe, le bien-être du personnel et l’identification des possibilités d’apprentissage. La littérature existante indique que si le personnel apprécie le debriefing à chaud après un événement important, il est rarement entrepris dans la pratique. Au niveau international, plusieurs cadres pour la CA ont été élaborés, bien qu’aucun ne soit largement adopté pour être utilisé dans la DE. Un projet d’amélioration de la qualité a été mené pour introduire la CA dans un seul DE du Royaume-Uni dans le nord-ouest de l’Angleterre, entre janvier et mars 2019. Suite à la consultation des parties prenantes, l’outil « TAKE STOCK » en 9 points a été développé. La mise en œuvre de cet outil a permis d’augmenter le nombre de CA (0-2,2 épisodes de CA par semaine). Les résultats du premier cycle de planification, d’exécution, d’étude et d’action (PEEA) sont présentés, qui ont révélé les principaux points forts et les limites de ce modèle. La perception de l’outil par le personnel a été évaluée à l’aide d’un court questionnaire auto-administré conçu par les auteurs.

Pandemic-related mental health risk among front line personnel

Source : Journal of Psychiatric Research, 4 novembre 2020.
La santé mentale des travailleurs de première ligne est essentielle à la capacité d’une communauté à gérer les crises et les catastrophes. Cette étude a évalué les risques de problèmes de santé mentale (stress traumatique, dépression, anxiété, consommation d’alcool, insomnie) en association avec des facteurs de stress liés à une pandémie dans un échantillon de personnel d’urgence et hospitalier.

The ‘Parallel Pandemic’: Clinicians May Face Post-Traumatic Stress

Source : Hospital Employee Health.
Les experts médicaux s’attendent à ce qu’une deuxième vague de problèmes de santé mentale frappe les travailleurs de la santé après la disparition du nouveau coronavirus. Certains avertissent qu’une « pandémie parallèle » de stress post-traumatique frappera les travailleurs de la santé qui ont été témoins des décès et des souffrances liés au COVID-19 chez les patients et les collègues.

Practical Solutions for Healthcare Worker Protection During the CoViD-19 Pandemic Response in the Ambulatory, Emergency, and Inpatient Settings

Source : Journal of Occupational and Environmental Medicine.
OBJECTIF : La protection des travailleurs de la santé est une composante essentielle d’une réponse réussie à la pandémie de CoVid-19. La nature intensive en ressources de la protection contre les maladies infectieuses, les contraintes budgétaires et les pénuries mondiales d’équipements de protection individuelle (EPI) font de cette tâche une gageure. Des stratégies pratiques et faciles à mettre en œuvre pour la protection des travailleurs de la santé (HCW) sont nécessaires. MÉTHODES : Nous croisons le paradigme « Systèmes, espace, personnel et matériel » de la gestion des catastrophes et l’approche de la « hiérarchie des contrôles » de la prévention des infections du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) pour générer une vue d’ensemble narrative des stratégies de protection des travailleurs en rapport avec le CoViD-19.

P.R.I.D.E- Preventing Respiratory Infectious Disease Exposures: An Improvement Project in a Northern Californian Emergency Room

Source : American Journal of Infection Control.
Contexte P.R.I.D.E est un projet d’amélioration des performances visant à réduire l’incidence de l’exposition des travailleurs de la santé au travail. Ce projet a encouragé les infirmières diplômées à identifier et à isoler rapidement les patients potentiellement infectieux dans les salles d’urgence, afin de prévenir les expositions aux maladies transmissibles par l’air et les gouttelettes, notamment la méningite, la tuberculose (TB) et la rougeole. Méthodes Ce modèle pré et post-intervention a mis en œuvre un projet de conception quasi-expérimentale dans la salle d’urgence (ER). Les précautions d’isolement empiriques basées sur la transmission des Centers for Disease Control (CDC) ont été mises en œuvre pour prévenir les expositions professionnelles. Quatre-vingt infirmières autorisées (IA) ont reçu une formation sur la nouvelle intervention. L’hypothèse de ce projet était que le nouveau processus diminuerait les expositions aux maladies professionnelles.

Close air support: enhancing emergency care in the COVID-19 pandemic

Source : Emergency Medicine Journal.
La pandémie COVID-19 a pris d’assaut le monde entier et a submergé les établissements de santé, même dans les pays développés. En réponse, le personnel et les ressources cliniques ont été redéployés vers les zones où les besoins sont les plus importants, c’est-à-dire les unités de soins intensifs et les salles d’urgence (ER), afin de renforcer les effectifs de première ligne. Nous introduisons le concept d’appui aérien rapproché (CAS) pour renforcer les opérations des urgences de manière efficace, sûre et évolutive. Des équipes de cinq personnes, comprenant deux médecins urgentistes débutants sur place, seraient jumelées à deux médecins du CAS, qui seraient hors site mais en communication constante par téléconférence pour apporter un soutien administratif en temps réel. Elles seraient supervisées par un médecin urgentiste. Cela permet de réduire l’exposition virale directe des médecins, de préserver les précieux équipements de protection individuelle et de permettre aux médecins des urgences de se concentrer sur les soins aux patients. Les étudiants en médecine peuvent également être impliqués de manière sûre et supervisée. Après un mois, le délai moyen de prise en charge des patients a été réduit de moitié. Les réactions générales ont également été positives. La CAS améliore l’efficacité et est sûre, évolutive et durable. Elle a également permis à un groupe de cliniciens débutants, jusqu’alors inexploité, de soutenir les opérations médicales de première ligne, tout en les protégeant contre l’exposition aux virus. Les institutions peuvent envisager d’adopter notre nouvelle approche, avec des modifications apportées en fonction de leur contexte local.

Less social emergency departments: implementation of workplace contact reduction during COVID-19

Source : Emergency Medicine Journal.
La pandémie de COVID-19 a entraîné des changements rapides dans les politiques communautaires et de prestation de soins de santé, créant des défis nouveaux et uniques dans la gestion des efforts de réponse à la pandémie de DE. Un exemple est la pratique de la distanciation sociale sur le lieu de travail en tant qu’intervention non pharmaceutique recommandée au niveau international pour réduire la transmission. Bien que l’attention se soit concentrée sur les mesures de santé publique, les travailleurs de la santé ne peuvent pas négliger le risque de transmission qu’ils présentent à leurs collègues et aux patients. Notre réseau de trois services d’urgence sont tous des zones à forte fréquentation pour les patients et le personnel, ce qui rend la limitation des contacts personnels étroits particulièrement difficile à atteindre. Pour concevoir, mettre en œuvre et communiquer les changements relatifs à la réduction des contacts sur le lieu de travail des urgences, notre groupe de travail COVID-19 a formalisé une série de recommandations multidisciplinaires qui énumèrent des moyens concrets de réduire la transmission du personnel de santé à ses collègues et aux patients, de l’arrivée du patient aux urgences jusqu’à sa sortie. Nous avons également abordé les stratégies de réduction des contacts entre les membres du personnel lorsqu’ils ne prodiguent pas de soins directs aux patients. Nous décrivons notre approche conceptuelle et la mise en œuvre réussie de l’éloignement du lieu de travail.

COVID-19 in Older Adults: Key Points for Emergency Department Providers

Source : Journal of Geriatric Emergency Medicine.
Ce manuscrit présente deux cas courants des scénarios pour illustrer le rôle central de l’urgence Département (ED) dans le diagnostic, la prise en charge aiguë, et la coordination des soins de proximité des personnes âgées complexes adultes dans cette situation en évolution rapide.