Care providers’ troubled conscience related to an implementation of a time management system in residential care for older people—a participatory action research study

Source : Scandinavian Journal of Caring Sciences.
Les prestataires de soins en résidence pour personnes âgées font souvent référence au manque de temps, un problème qui peut engendrer des troubles de conscience. Cette recherche-action participative (RAP) a été menée auprès de 14 prestataires et de leur gestionnaire en soins résidentiels pour personnes âgées. La recherche-action visait à aider les prestataires à faire face de manière constructive à leurs problèmes de conscience liés à la mise en œuvre d’un système de gestion du temps. La RAP a permis aux participants de former leur propre structure de la planification professionnelle pratique, adaptée aux besoins des résidents et à leur travail quotidien. Dans ce processus, les participants ont utilisé leur conscience troublée comme une force motrice et un atout.

Workplace bullying among nurses and organizational response: An online cross-sectional study

Source : Journal of Nursing Management.
L’intimidation est un problème dans de nombreux milieux de travail infirmiers, et les organisations ont l’obligation de soutenir les infirmières qui sont victimes d’intimidation. Le soutien ou la trahison à la suite d’actes d’intimidation pourrait nuire au bien-être de l’infirmière, y compris l’épuisement professionnel. Cette étude vise à examiner la prévalence de l’intimidation chez les infirmières et à explorer les associations entre la trahison et le soutien organisationnel et le bien-être des infirmières exposées à l’intimidation.

Need for recovery in relation to effort from work and health in four occupations

Source : International Archives of Occupational and Environmental Health.
Le but de cette étude était d’examiner trois niveaux de besoin de récupération après le travail par rapport à l’effort lié aux exigences du travail, aux stratégies de compensation de la demande, aux ressources de modération ou d’inversion de l’effort et à la santé, y compris les comportements de santé. Un autre objectif était d’examiner les caractéristiques professionnelles qui déterminent le besoin de récupération chez les ingénieurs, les charpentiers, les infirmières et les infirmières en soins à domicile.

Work ability and productivity among dentists: associations with musculoskeletal pain, stress, and sleep

Source : International Archives of Occupational and Environmental Health.
La capacité de travail peut être mesurée par l’indice d’aptitude au travail et par des questions liées au travail mesurant la perte de productivité en termes de qualité et de quantité de travail. Les dentistes courent un risque professionnel élevé de douleurs musculo-squelettiques et l’exposition aux contraintes ergonomiques est déjà élevée pendant la formation dentaire. Le but de cette étude était d’évaluer la capacité de travail et la productivité des dentistes et d’identifier les différences entre les sexes et les associations avec le sommeil, le stress et les douleurs fréquentes signalées.

Solid business case for workplace mental health programs: report

Source : OHS Canada Magazine.
Investir dans les programmes de santé mentale en milieu de travail est bon pour les résultats financiers, selon un rapport de Deloitte Canada. Les entreprises ayant des programmes de santé mentale en place depuis un an ont eu un retour sur investissement annuel médian de 1,62 $ pour chaque dollar investi, selon l’analyse incluse dans “The ROI in workplace mental health programs : Bon pour les gens, bon pour les affaires.”

The third version of the Copenhagen Psychosocial Questionnaire

Source : Safety and Health at Work.
Une nouvelle troisième version du Questionnaire psychosocial de Copenhague (COPSOQ) a été élaborée en réponse aux tendances de la vie professionnelle, aux concepts théoriques et aux expériences internationales. Un élément clé du COPSOQ III est un ensemble défini d’éléments de base obligatoires à inclure dans les versions nationales courtes, moyennes et longues du questionnaire. L’objectif du présent document est de présenter et de tester la fiabilité de la nouvelle version intermédiaire internationale du COPSOQ III.

Does stigmatization moderate the association between intention and implementation of learned prevention-strategies at work after a depressive episode? – a cross-sectional pilot study

Source : Journal of Occupational Medicine and Toxicology.
Un épisode dépressif est une cause fréquente de perte de production en raison de longues périodes d’absence au travail. Pour maintenir leur capacité de travail après une dépression, les employés touchés doivent mettre en œuvre des stratégies d’adaptation apprises grâce aux interventions au travail. Basé sur la théorie du comportement planifié, cet article examine comment la stigmatisation est liée à la mise en œuvre des stratégies apprises sur le lieu de travail. De plus, les différences entre les employés ayant un seul épisode dépressif ou un épisode dépressif récurrent ont été prises en considération.

The relationships between work intensity, workaholism, burnout, and self-reported musculoskeletal complaints

Source : Human Factors and Ergonomics in Manufacturing & Service Industries.
Les progrès technologiques dans l’environnement de travail ont changé dynamiquement les outils avec lesquels le travail est effectué et les méthodes appliquées pour l’exécuter, une grande partie du travail moderne étant de nature rapide et sédentaire, c’est-à-dire effectué assis devant un écran d’ordinateur. Cette étude s’est penchée sur la relation entre l’intensité du travail, la dépendance au travail (workaholism), l’épuisement professionnel et les troubles musculo-squelettiques. Les résultats de cette étude pourraient aider les organisations à mieux comprendre comment chacun de ces concepts influence l’autre, favorisant ainsi une main-d’œuvre en meilleure santé et, en bout de ligne, plus productive.

Ensuring Workplace Safety: Evidence Supporting Interventions for Nurse Administrators

Source : JONA: The Journal of Nursing Administration.
La violence en milieu de travail dans le secteur de la santé est une préoccupation croissante chez les infirmières ; toutefois, les infirmières administratrices et les gestionnaires ne sont peut-être pas pleinement au courant du niveau, de la fréquence ou de l’étendue du traumatisme que vivent les infirmières membres du personnel. Ce manque d’information est influencé par le fait que les infirmières ne signalent pas les incidents violents, qu’elles croient qu’on s’attend à ce qu’elles s’occupent des patients violents/assaultifs, qu’il leur faut du temps pour documenter ces incidents en détail et qu’elles ont l’impression que le suivi sera minimal pour atténuer les futurs épisodes. Cet article décrit les structures, les processus et les pratiques fondés sur des données probantes qui visent à minimiser les risques organisationnels et à protéger les infirmières et les autres membres du personnel contre les blessures physiques ou émotionnelles ou les traumatismes en milieu de travail.