Moist and Mold Exposure is Associated With High Prevalence of Neurological Symptoms and MCS in a Finnish Hospital Workers Cohort

Source : Safety and Health at Work.
Le microbiote de l’humidité de l’air intérieur (DM) est un grand danger pour la santé. Il existe des preuves suffisantes que l’exposition à la DM provoque de nouveaux cas d’asthme ou d’exacerbation, de dyspnée, d’infections des voies respiratoires supérieures et d’alvéolite allergique. Des preuves moins convaincantes ont encore été publiées pour les manifestations extrapulmonaires de l’humidité et du syndrome d’hypersensibilité aux moisissures.

Faciliter la détection de l’exposition aux moisissures au travail

Source : Prévention au travail.
La qualité de l’air intérieur de certains milieux de travail demeure une problématique d’actualité. Les moisissures et leurs composés sont des contaminants auxquels les travailleurs peuvent être exposés et qui peuvent occasionner divers problèmes de santé (allergies aiguës, asthme, sinusites et rhinites, maux de tête, irritations ou inflammations). Toutefois, démontrer qu’un lieu de travail est effectivement contaminé par ces microorganismes indésirables n’est pas une mince tâche.

Utilisation des composés organiques volatils microbiens comme biomarqueurs de l’exposition aux moisissures en milieu de travail: Étude de faisabilité

Source : IRSST
Les moisissures et leurs composés sont des contaminants auxquels les travailleurs peuvent être exposés et qui sont responsables de nombreux problèmes de santé. La surveillance classique de la présence fongique exige le recours à une procédure minutieuse d’échantillonnage, l’intervention de personnel hautement expérimenté, des moyens techniques coûteux, et entraîne des délais relativement longs. L’alternative proposée dans cette activité a pour principe de mesurer des composés organiques volatils émis spécifiquement par les microchampignons dans les matrices biologiques des personnes exposées, avant et après un quart de travail. Cette approche de biosurveillance serait complémentaire aux approches existantes.

Protection contre les bioaérosols : identifier les moisissures avec plus de précision

Source : Prévention au travail.
Lorsque vient le temps d’explorer les liens entre les bioaéosols, l’exposition aux moisissures et les effets sur la santé des travailleurs, les méthodes d’analyse par culture atteignent leur limite. Cette approche dite « classique » ne permet pas d’établir précisément la diversité fongique d’un milieu puisque seulement 1% des moisissures sont cultivables. Une approche de séquençage de nouvelle génération (SNG) pourrait remédier à ce problème.