Implementing interventions to reduce work-related stress among health-care workers: an investment appraisal from the employer’s perspective

Source : International Archives of Occupational and Environmental Health.
Cette étude évalue le rendement économique du capital investi dans l’intervention « Stress-Prevention@Work » pour voir s’il constitue un investissement favorable pour les employeurs. Les mesures ont été prises au départ, 6 et 12 mois après le début de l’étude. Les avantages sociaux nets par salarié s’élèvent en moyenne à 2981 €, soit près de 60 fois le montant de l’investissement initial de 50 €. En général, il est fort probable que Stress-Prevention@Work offre une rentabilisation attrayante du point de vue des employeurs.

Travail collectif pluridisciplinaire dans la prévention des risques professionnels complexes : ressources et contraintes du contexte au Québec et en France

Source : Relations industrielles / Industrial Relations.
Dans le cadre d’une étude menée au sein de services de santé au travail au Québec et en France, nous nous intéressons aux conditions favorables aux pratiques de travail collectif pluridisciplinaire (TCP).

Workplace Interventions can Reduce Sickness Absence for Persons With Work-Related Neck and Upper Extremity Disorders: A One-Year Prospective Cohort Study

Source : Journal of Occupational and Environmental Medicine.
L’objectif de cette étude était de déterminer si les interventions en milieu de travail sont efficaces pour réduire les absences pour cause de maladie chez les personnes souffrant de troubles du cou et des membres supérieurs liés au travail et si l’amélioration des troubles après intervention réduit les absences pour cause de maladie. Un nombre significativement plus faible de jours d’absence pour cause de maladie a été constaté chez les travailleurs ayant signalé une amélioration après l’intervention. Les résultats de cette étude suggèrent qu’une intervention en milieu de travail ne peut réduire l’absence pour cause de maladie chez les travailleurs souffrant de troubles du cou ou des membres supérieurs que si l’intervention améliore le trouble et que les interventions ont été plus efficaces pour réduire les périodes d’absence pour maladie de moyenne et longue durée.