Safety talk: A happier home office

Source : WorkSafe Magazine, 2020-08.
Vous pouvez faire du travail à domicile un travail qui vous convient grâce à quelques conseils simples pour réduire les lésions musculo-squelettiques (LMS). Si vous ne disposez pas du même équipement réglable à domicile que sur votre lieu de travail, vous pouvez tout de même procéder à quelques ajustements simples sur votre bureau à domicile. Voici comment l’installer correctement, rester organisé et être à l’aise.

Mieux prévenir les risques ergonomiques

Source : Convergence SST, 2020.
Dans son dernier document de planification pluriannuelle en prévention-inspection (2020-2023)1, la CNESST cible entre autres les risques ergonomiques. Ils font partie des « risques prédominants » à maîtriser, surtout ceux liés à l’effort physique excessif et à l’effort dynamique associé aux mouvements imposant un stress ou une tension, qu’ils soient répétitifs ou non.

Prevalence of mobile device-related lower extremity discomfort: A systematic review

Source : International journal of occupational safety and ergonomics: JOSE, 1/20/2021.
Les utilisateurs d’appareils mobiles ressentent souvent un inconfort musculo-squelettique dû à l’utilisation intensive de ces appareils dans des postures statiques. Les postures statiques prolongées sont la principale cause d’inconfort au niveau des membres inférieurs. Il existe des preuves de l’association entre la douleur des membres inférieurs et l’utilisation d’appareils mobiles. Les experts devraient s’appuyer sur cette étude pour proposer des mesures ergonomiques appropriées et efficaces.

Frequency of examination and perceived contribution of factors relating to work-related musculoskeletal disorders of physiotherapists

Source : International journal of occupational safety and ergonomics: JOSE, 12/21/2020.
Cette revue exploratoire visait à révéler les facteurs les plus fréquemment examinés et contributifs mentionnés dans les études récentes sur les troubles musculo-squelettiques liés au travail des physiothérapeutes. La surcharge de travail s’est avérée être le facteur le plus important, suivi par l’application de techniques orthopédiques manuelles.

Ergonomics Enews – Is COVID-19 increasing the risk of MSI in your workplace?

Source : Ergonomics Enews.
Lorsqu’il existe un risque de développer un TMS, les employeurs doivent identifier les facteurs de risque, évaluer et éliminer ou réduire le risque. Cela peut se faire en faisant participer le comité mixte de santé et de sécurité, en parlant aux travailleurs, en assurant le suivi des rapports, en surveillant et en examinant les blessures dans un premier temps. Examinez les facteurs de risque décrits ci-dessous pour aider à déterminer si les changements sur le lieu de travail et les autres mesures dues à la COVID-19 ont créé ou augmenté le risque de TMS.

Masques chirurgicaux, demi-masques filtrants : effets physiologiques et leurs conséquences

Source : Références en santé au travail.
Cet article fait le point sur les mécanismes physiologiques associés au port de masques à usage médical (chirurgicaux) ou de demi-masques filtrants afin de mieux comprendre les conséquences potentielles sur la santé et le confort. Elles peuvent être d’ordre somatique telles que l’augmentation de la fréquence respiratoire et de la fréquence cardiaque, ou une augmentation de la température cutanée sous le masque. Plusieurs études montrent que le port du masque génère de l’inconfort. Le type de masque, la durée du port et l’intensité de la charge physique en fonction des tâches réalisées avec un masque, ainsi que les conditions d’ambiance thermique sont des éléments qui déterminent la nature et l’amplitude de ces manifestations.

The impact of a meal, snack, or not eating during the night shift on simulated driving performance post-shift

Source : Scandinavian Journal of Work, Environment & Health, 11/15/2020.
Le retour à la maison après un quart de travail de nuit est associé à un risque accru d’accident. Cette étude a examiné la relation entre la consommation de nourriture pendant le quart de nuit et les performances de conduite simulées après le quart.