Chariots élévateurs : garder l’angle mort dans sa ligne de mire

Source : Prévention au travail.
Il est trapu, lourd comme six voitures et ne pardonne pas lorsqu’il heurte un travailleur. La conception du chariot élévateur génère des angles morts qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère. La visibilité réduite du conducteur de ce véhicule, en marche avant comme en marche arrière, est un facteur contributif dans un accident mortel sur quatre. Voici un aperçu des mesures préventives à appliquer lorsqu’on conduit un chariot élévateur.

Study shows nurses get less sleep the nights before they’re scheduled to work

Source : Safety & Health.
Les infirmières dorment près de 90 minutes de moins avant les quarts de travail que les jours où elles ne travaillent pas, selon une étude récente… En plus des temps de déplacement et des responsabilités personnelles, les chercheurs ont cité la prévalence du travail par quarts et des quarts de 12 heures en soins infirmiers comme des déclencheurs possibles du manque de sommeil chez les infirmières.

The effects of a passive exoskeleton on trunk muscle activity and perceived exertion for experienced auxiliary medical service providers in cardiopulmonary resuscitation chest compression

Source : International Journal of Industrial Ergonomics.
La réanimation cardio-respiratoire (RCR) est généralement effectuée par le personnel médical et paramédical et consiste en une compression et une ventilation de la poitrine. La compression de la poitrine implique des mouvements répétitifs et vigoureux du tronc. Une compression thoracique efficace et de haute qualité assure non seulement une circulation sanguine adéquate vers le muscle cardiaque et le cerveau, mais elle fournit également un choc aux patients soumis à une fibrillation ventriculaire (Wik et al., 2003). Les lignes directrices de l’American Heart Association (AHA) pour la RCR en 2015 recommandent que le taux de compression thoracique se situe entre 100 et 120 compressions par minute avec une profondeur d’au moins 2 pouces (Craig-Brangan et Day, 2016).

Interactive ergonomic risk mapping: A practical approach for visual management of workplace ergonomics

Source : International Journal of Occupational Safety and Ergonomics.
Les études actuelles identifient un besoin croissant de développer des outils enrichis pour la gestion des risques ergonomiques qui peuvent favoriser une atmosphère renforçant l’engagement de tous les intervenants à créer un environnement de travail sécuritaire et chaleureux en utilisant des principes ergonomiques. Dans cette étude, un nouvel outil de visualisation des pratiques ergonomiques en milieu de travail est proposé. Pour développer cet outil, une méthodologie interactive de cartographie des risques ergonomiques (intERM) est introduite. Elle comprend cinq étapes tout en intégrant la vision stratégique de l’entreprise et en aidant à tenir compte des impacts des changements dans le contexte politique et réglementaire, l’environnement économique et démographique, la technologie et le contexte de l’emploi. La méthodologie systématique et pratique proposée est démontrée sur un exemple réel. Cet outil visuel et interactif permet d’identifier rapidement les risques ergonomiques et d’y réagir, d’anticiper les changements pour réduire/éliminer les risques ergonomiques, ainsi que de sensibiliser l’ensemble de l’entreprise aux risques ergonomiques et de renforcer l’engagement et l’appropriation des intervenants.

Travail et sécurité. Le mensuel de la prévention des risques professionnels — LES LOMBALGIES

Source : Travail & Sécurité.
Les lombalgies sont des douleurs siégeant en bas du dos, au niveau des vertèbres lombaires. Elles touchent une forte proportion de salariés de tous les secteurs d’activité. De quelle manière prévenir l’apparition de ces douleurs incommodantes qui parfois se répètent ou se manifestent de façon continue? Plutôt qu’un tour de reins, faisons celui de la question.

Prevalence of MSDs and Postural Risk Assessment in Floor Mopping Activity Through Subjective and Objective Measures

Source : Safety and Health at Work.
Le nettoyage résidentiel et commercial fait partie de notre routine quotidienne pour maintenir l’hygiène autour de l’environnement. La santé des professionnels impliqués dans ces activités de nettoyage est devenue une préoccupation majeure partout dans le monde. La présente étude examine le risque de troubles musculo-squelettiques chez les nettoyeurs professionnels qui effectuent des tâches de nettoyage des sols.

New country reports analyse findings on work-related musculoskeletal disorders

Source : Safety and health at work – EU-OSHA
Les derniers rapports nationaux de l’EU-OSHA examinent les données nationales sur les troubles musculo-squelettiques (TMS) dans dix États membres de l’UE : Allemagne, Autriche, Danemark, Espagne, Finlande, France, Hongrie, Italie, Pays-Bas et Suède. Les rapports par pays se concentrent sur les données nationales relatives à la prévalence des TMS chez les travailleurs nationaux, ainsi que sur les informations relatives aux maladies professionnelles liées aux TMS. Ils fournissent également des données et des informations sur l’impact des TMS sur la santé, le travail et l’emploi, les principaux facteurs de risque liés aux TMS et les activités menées par les entreprises pour prévenir les TMS.

Are new workers at elevated risk for work injury? A systematic review

Source : Occupational and Environmental Medicine.
Identifier, évaluer et synthétiser les études qui ont examiné la mesure dans laquelle les nouveaux travailleurs sont à risque élevé de blessures aiguës et de lésions musculo-squelettiques (LMS) liées au travail.

Assessment of the Environmental and Physical Ergonomic Conditions of ORs in Turkey

Source : AORN Journal.
Cette étude descriptive et transversale dans les salles d’opération des hôpitaux de İzmir, en Turquie, a évalué les conditions ergonomiques environnementales et physiques qui peuvent exposer le personnel périopératoire à un risque de blessure ou de maladie. Les résultats indiquent que même si certains facteurs environnementaux se situaient dans des limites acceptables, d’autres risques ergonomiques physiques n’étaient pas adéquatement pris en compte, ce qui exposait les membres du personnel périopératoire à des risques pour la santé.