NSI/ASSP Z244 Committee comment 29 CFR Part 1910 [Docket No. OSHA-2016-0013] RIN: 1218-AD00 [The Control of Hazardous Energy (Lockout/Tagout)]

Source : Z244 Committee
Dans le but de moderniser les dispositions réglementaires relatives au contrôle des énergies dangereuses (cadenassage / étiquetage) adoptées en 1982, l’Occupational Safety and Health Administration (OSHA) des États-Unis a mené une consultation auprès des milieux de travail. L’objectif était de déterminer les types de circuits de commande utilisés et les procédures de sécurité mises en place sur les lieux de travail, ainsi que d’identifier les nouveaux risques principalement ceux associés au travail avec des robots. Dans le cadre de cette consultation, l’American Society of Safety Professionals (ASSP), qui assure le secrétariat du comité de normalisation ANSI/ASSP Z244, a soumis un document technique formulant des recommandations. L’ASSP a mis l’accent sur le besoin d’entreprendre un travail collaboratif avec les travailleurs, l’industrie et le comité ANSI/ASS Z244, ainsi que sur l’importance d’adopter ou d’incorporer les méthodes proposées dans la norme ANSI/ASSP Z244.1 The control of hazardous energy : lockout, tagout and alternative methods.

Hazardous energy control on machinery: Understanding the use of alternative methods to lockout

Source : Safety Science.
Dans de nombreux pays, les normes et réglementations nationales établissent des exigences pour le contrôle de l’énergie dangereuse liée aux machines qui pourraient causer des accidents liés à la libération de ces énergies, à la mise sous tension ou au démarrage inopiné de machines ou d’équipements. Ces normes et règlements décrivent les autres méthodes de cadenassage et les conditions de leur utilisation. Le but de l’étude est de comprendre l’application de méthodes alternatives de cadenassage et d’examiner comment elles sont mises en œuvre conformément à la norme et à la réglementation canadiennes en vigueur. Ainsi, dans cette recherche qualitative, l’application de méthodes alternatives de contrôle des énergies dangereuses a été étudiée dans 14 organisations au Québec (Canada).