The 3 Elements of Effective Feedback for a Safer Workplace

Source : EHS Today
Les employés veulent une rétroaction : il est nécessaire de façonner leurs actions et leurs comportements sur le lieu de travail pour qu’ils s’alignent sur la culture souhaitée, la politique établie et les attentes du dirigeant. Pour que le processus de rétroaction soit efficace, ces trois éléments doivent être clairement communiqués.

Fighting a common enemy: a catalyst to close intractable safety gaps

Source : BMJ Quality & Safety, 1 février 2021.
La pandémie de COVID-19 a plusieurs conséquences sur le système de santé. Nous constatons quelques premiers effets positifs à court terme dans certains domaines de sécurité où la pandémie COVID-19 a apporté une nouvelle lueur d’espoir. À ce jour, plusieurs changements sont intervenus dans des domaines liés à la sécurité, notamment l’adoption des principaux attributs de la culture de la sécurité (transparence, communication et collaboration) et la mise en œuvre rapide de pratiques de sécurité pour soigner le personnel de santé auparavant souvent négligé. L’adoption rapide de ces stratégies démontre le potentiel de diverses parties prenantes ayant des intérêts divergents à se rallier contre un ennemi commun, en l’occurrence un virus mortel.

Explaining workers’ resistance against a health and safety programme: An understanding based on hierarchical and social accountability

Source : Safety Science.
Le phénomène apparemment paradoxal de la résistance des travailleurs aux mesures de santé et de sécurité a été expliqué de diverses manières, par exemple par la pression de la production ou de l’efficacité, les comportements à risque ou les cultures de sécurité problématiques. Cet article aborde la question de la résistance mais l’analyse à travers le prisme de la responsabilité hiérarchique et sociale. Dans une étude de cas d’une papeterie suédoise, un programme de santé et de sécurité se heurte à la résistance des travailleurs, même s’il bénéficie du soutien du syndicat local. Cette résistance s’explique par la forme socialisante de la responsabilité qui conditionne la façon dont les travailleurs perçoivent la santé et la sécurité au travail. Les aspects de l’identité, de la facilitation et de la visibilité du travail sont identifiés et compris en termes de responsabilité. Qui vous êtes, comment vous effectuez votre travail et ce qui est visualisé est filtré et évalué par le biais de relations horizontales plutôt qu’en termes de responsabilité hiérarchique envers l’entreprise.

Back to Basics: The Volatile Healthcare Environment, Dynamic Hazards, and Thorough Safety Culture Development

Source : Journal of the Association of Occupational Health Professionals in Healthcare.
Le développement d’une culture de la sécurité est absolument nécessaire pour prévenir les incidents, en particulier dans le domaine des soins de santé. Cory Worden explore les dangers statiques et dynamiques qui existent dans l’environnement des soins de santé. Il passe en revue l’importance d’identifier ces dangers, de s’assurer que des contrôles sont en place, de valider les comportements et les conditions de sécurité et d’enquêter sur les incidents pour augmenter la sécurité de manière exponentielle.

Fighting a common enemy: a catalyst to close intractable safety gaps

Source : BMJ Quality & Safety.
Dans ce Viewpoint, nous présentons quelques exemples d’optimisme résultant de l’unification contre un ennemi commun et nous examinons pourquoi les premières transformations dans trois domaines de sécurité devraient être récoltées pour créer des mécanismes permanents permettant de cibler un autre ennemi commun – les dommages évitables – au cours de la prochaine décennie. Dans un effort pour relever les défis de sécurité de longue date, nous posons que la collecte des leçons tirées des premières transformations liées à COVID-19 pourrait durablement « accélérer la courbe » de la diffusion des innovations de sorte que davantage d’organisations (dites « retardataires » et « majorité tardive » qui sont en retard dans l’adoption des meilleures pratiques) adopteront plus rapidement des pratiques de sécurité et des innovations utiles à l’avenir.

Organizational structure and safety culture: Conceptual and practical challenges

Source : Safety Science.
Cet essai fait valoir que :(1.)Les concepts de « sécurité » et de « culture de la sécurité » sont sous-développés dans l’analyse organisationnelle. Cela a conduit à une ambiguïté et une confusion dans notre compréhension du lien de causalité entre les deux et des éléments spécifiques de la structure organisationnelle.(2.)Le lien entre la structure et la culture de la sécurité en tant que caractéristiques de l’organisation est plus complexe qu’on ne pourrait le supposer. Le contenu réel des éléments structurels – tels que les rôles et les règles, les lignes fonctionnelles et les limites de l’autorité, la responsabilité et la communication – peut lui-même exiger des normes culturelles d’acceptation étroitement liées pour fonctionner réellement comme décrit formellement. Dans le cas contraire, un organigramme formel peut donner une image très trompeuse, comme c’est souvent le cas, des transactions réelles qui se déroulent au sein d’une organisation en fonctionnement(3). Mais la relation entre la structure et la culture de sûreté peut être différente dans les différentes phases (1) du changement initial des caractéristiques culturelles ou sous-culturelles qui nuisent à la sûreté, (2) du développement de la culture de sûreté et, enfin, (3) du défi que représente le maintien continu d’une culture de sûreté dans le temps au sein d’une organisation.Les implications de ces points sont étudiées à la fois pour la recherche future en matière de sécurité et pour la pratique réglementaire concernant la structure organisationnelle et la culture de la sécurité et, en fin de compte, pour les relier à l’amélioration des performances de sécurité.