Joint-Consensus-Statement-on-Addressing-the-Aerosol-Transmission-of-SARS-CoV-2-Fact-Sheet

Source : American Industrial Hygiene Association (AIHA)
L’American Industrial Hygiene Association (AIHA) et d’autres organisations scientifiques des États-Unis ont recommandé au gouvernement fédéral d’élaborer des lignes directrices en matière de protection des travailleurs contre les risques de transmission du virus SRAS-CoV-2 par l’inhalation d’aérosols. Le document résume l’évidence scientifique sur la transmission du virus par inhalation et présente aussi des recommandations relatives aux besoins en matière de réglementation, de recherche et de financement pour prévenir la transmission par voie aérienne.

Positive no-touch surfaces and undetectable SARS-CoV-2 aerosols in long-term care facilities: an attempt to understand the contributing factors and the importance of timing in air sampling campaigns

Source : American Journal of Infection Control.
Les établissements de soins de longue durée (ESLD) sont des environnements particulièrement favorables aux épidémies de coronavirus (SRAS-CoV-2), en raison de la population à risque qu’ils accueillent et de la proximité des résidents. Pourtant, la dynamique de transmission de la maladie dans ces établissements reste floue

Comparison of droplet spread in standard and laminar flow operating theatres: SPRAY study group.

Source : Journal of Hospital Infection.
La réduction de la transmission de COVID-19 repose sur le contrôle de la propagation des gouttelettes et des aérosols. La coloration à la fluorescéine révèle des gouttelettes microscopiques. Nous avons utilisé cette technique pour comparer la propagation des gouttelettes dans un théâtre standard (ST) et un environnement à flux d’air laminaire (LAF).

SARS-CoV-2 Detected on Environmental Fomites for Both Asymptomatic and Symptomatic Patients with COVID-19

Source : American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine.
Le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), parents du SRAS-CoV-2, sont impliqués dans les épidémies nosocomiales par le biais de fomites environnementales. La transmission nosocomiale du CoV-2 du SRAS a été signalée dans les hôpitaux. Une contamination de la surface et de l’air par le CoV-2 du SRAS a également été signalée dans les zones cliniques. La majorité de la population infectée par le CoV-2-SARS est asymptomatique, et la transmission interhumaine de patients asymptomatiques a été documentée. Toutefois, on manque d’informations sur le potentiel de transmission virale et les fomites environnementales chez les patients asymptomatiques, surtout si on les compare aux patients symptomatiques. Des études récentes sur les fomites environnementales potentielles de la maladie à coronavirus (COVID-19) ont confirmé que les patients symptomatiques peuvent transmettre le virus à leur entourage. Cependant, pour les patients qui sont restés asymptomatiques tout au long de l’évolution de la maladie, on sait peu de choses sur leur potentiel de propagation virale par des fomites environnementales, bien que ces patients puissent être facilement négligés et rester dans la population générale. Nous avons donc effectué une détection virale sur divers fomites environnementaux de patients asymptomatiques et symptomatiques atteints de COVID-19. Nous avons cherché à déterminer les facteurs de risque environnementaux potentiels afin de fournir des informations pour les stratégies d’assainissement public.

COVID-19 in the Perioperative Setting: Applying a Hierarchy of Controls to Prevent Transmission

Source : AORN Journal.
L’évolution du SRAS-CoV-2 d’un virus zoonotique à un nouvel agent pathogène humain a entraîné la pandémie mondiale de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Les recommandations en matière de prestation de soins de santé et de prévention et de contrôle des infections continuent d’évoluer pour protéger la sécurité du personnel de santé, des patients et des visiteurs, tandis que les chercheurs et les décideurs politiques en apprennent davantage sur le SRAS-CoV-2 et la COVID-19. Le cadre périopératoire est unique en ce sens qu’il expose les cliniciens et le personnel à des risques accrus en raison de la nature invasive des soins chirurgicaux. En utilisant la hiérarchie des contrôles des Centers for Disease Control and Prevention comme modèle, cet article présente des stratégies d’atténuation des risques pour prévenir la transmission de COVID-19 dans l’environnement périopératoire. Les objectifs sont d’identifier et d’éliminer l’exposition potentielle au COV-2 du SRAS lorsque la chirurgie est nécessaire pour des patients dont la présence de COVID-19 est suspectée ou confirmée ou dont le statut infectieux est inconnu.

De-mist-ifying air, water and steam quality

Source : Healthcare Purchasing News.
Les établissements médicaux ne sont pas à l’abri des risques sanitaires liés à l’environnement. Un des dangers imminents dans les bâtiments médicaux sont les agents infectieux qui passent dans l’air de personne à personne. « Les établissements de soins de santé doivent relever le défi de contrôler les contaminants atmosphériques qui proviennent de divers réservoirs (sol, eau, poussière, matière organique) en exposant les patients et le personnel », a noté M. Hoffmann. « Une fois présents dans l’établissement de santé, les agents pathogènes potentiels constituent une menace permanente et invisible pour les infections associées aux soins de santé ». Cet article examine la qualité de l’air, de l’eau et de la vapeur dans les établissements de soins de santé, ainsi que les systèmes concernés.

Evaluation of AccuFIT 9000: A Novel Apparatus for Quantitative Fit Testing of Particulate Respirators

Source : Annals of Work Exposures and Health.
Dans cette étude, le nouvel appareil AccuFIT a fait l’objet d’une évaluation approfondie par rapport au PortaCount® (l’instrument de référence) en utilisant le protocole traditionnel de test d’ajustement standard et en suivant la norme de l’American National Standards Institute (ANSI) (Z88.10-2010 Annexe A2).

Comparison of Fit for Sealed and Loose-Fitting Surgical Masks and N95 Filtering Facepiece Respirators

Source : Annals of Work Exposures and Health, 18 janvier 2021.
Les masques respiratoires filtrants N95 et les masques de procédure sont composés de plusieurs couches de polypropylène non tissé. Les N95 sont des appareils de protection respiratoire (APR) conçus pour filtrer efficacement les aérosols. Pendant la pandémie COVID-19, les travailleurs de la santé du monde entier continuent de faire face à des pénuries d’APR N95 jetables. Les versions existantes de masques de procédure, largement disponibles et approuvés par la FDA, n’offrent pas une protection fiable contre les aérosols. Nous avons testé l’étanchéité d’une version modifiée de masque chirurgical ajusté et sans bretelles à l’aide d’un test d’ajustement quantitatif et comparé les performances de ce masque avec celles des APR N95 et des masques chirurgicaux non modifiés à ajustement libre.

Transmission du SARS-CoV-2 : état des lieux et implications pour la prévention

Source : Équipes de Prévention et Contrôle de l’Infeciton de l’AP-HP
La protection des patients et des soignants est un objectif prioritaire des équipes de PCI. Le choix des stratégies de prévention s’appuie sur les données scientifiques sur les modes de transmission de l’infection, ainsi que sur l’efficacité et l’acceptabilité des équipements de protection individuelle. La transmission du SARS-CoV-2 par voie aérienne reste débattue près d’un an après le début de la pandémie. Cette note a pour objectif de faire un état des lieux des connaissances afin de répondre aux interrogations concernant les choix des mesures pour prévenir la transmission de l’infection en milieu de soins.

Exhaled aerosol increases with COVID-19 infection, age, and obesity

Source : Proceedings of the National Academy of Sciences.
Le COVID-19 se transmet par des gouttelettes générées par les surfaces du mucus des voies respiratoires pendant les processus de respiration chez les hôtes infectés par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). Nous avons étudié la génération et l’expiration de gouttelettes respiratoires chez des sujets humains et des primates non humains avec et sans infection par COVID-19 afin de déterminer si l’infection par le SRAS-CoV-2, et d’autres changements d’état physiologique, se traduisent par une évolution observable du nombre et de la taille des gouttelettes respiratoires expirées chez les sujets sains et malades. Dans notre étude de cohorte d’observation des particules respiratoires expirées de 194 sujets humains sains, et dans notre étude d’infection expérimentale de huit primates non humains infectés, par aérosol, par le CoV-2-SARS, nous avons constaté que les particules d’aérosol expirées varient entre les sujets de trois ordres de grandeur, le nombre de gouttelettes respiratoires expirées augmentant avec le degré d’infection par COVID-19 et l’IMC-années élevé. Nous avons observé que 18 % des sujets humains (35) représentaient 80 % du bioaérosol exhalé du groupe (194), ce qui reflète une distribution de bioaérosol à super-étalement analogue à un super-étalement classique de 20:80 de la distribution de l’infection. Ces résultats suggèrent que l’évaluation quantitative et le contrôle de l’aérosol exhalé pourraient être essentiels pour ralentir la propagation aérienne de COVID-19 en l’absence d’un vaccin efficace et largement diffusé.